Entreprises et Emplois marchands : Visions d’Entrepreneurs

par

Une mauvaise nouvelle pour la France :
notre déficit budgétaire est irréductible

La France a un budget qui est en déficit depuis maintenant quarante ans. Chaque année, l’Etat se voit dans l’impossibilité d’équilibrer ses comptes et cette situation est très préoccupante car notre dette extérieure a atteint, à présent, des limites à ne pas dépasser. Et elle va continuer à croître.[1]

Le premier déficit budgétaire est apparu en 1975 avec ce que l’on a appelé la relance Chirac, et, depuis, les comptes nationaux sont chaque année en déséquilibre. Notre pays se trouve donc incapable de respecter la règle de Maastricht qui voudrait que le déficit budgétaire des pays membres soit régulièrement inférieur à 3 % du PIB. Et notre dette extérieure, depuis des années déjà, a franchi la barre des 60 % du PIB qui est la règle dans les pays de la zone euro. En 2019, dernière année dite « normale » avant la crise du Covid-19, le déficit s’est élevé à 72,8 milliards d’euros, et on en était à une dette de 2.380,1 milliards d’euros.

Les ratios français sont donc tout à fait anormaux, bien plus élevés que la moyenne des pays de l’OCDE, comme l’indique le tableau ci-dessous :

Dépenses publiques Dépenses sociales Endettement
France 52,1% 31,9% 114,6%
OCDE 35,2% 21,0% 27,0%
En % du PIB - Source : BIRD, 2020

Il faut donc examiner d’où vient le problème français.. Et pour avoir une analyse plus fine que celle consistant à faire une simple comparaison avec l’ OCDE nous procéderons à une approche économétrique basée sur un échantillon d’une dizaine de pays européens se situant à des niveaux de richesse très différents les uns des autres. Nous examinerons d’un côté les dépenses sociales qui tiennent une place très importante dans les dépenses publiques, et, de l’autre, les dépenses de fonctionnement.

- Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Les dépenses sociales

Nous ramènerons ces dépenses au nombre des habitants afin de raisonner sur des données permettant de comparer les pays les uns aux autres et de pouvoir fonder une corrélation valable avec les PIB/capita, un indicateur qui est exprimé, lui aussi, par habitant. Nous avons donc les chiffres suivants :

PIB/capita et dépenses sociales/habitant(US$)
PIB/capita Dépenses sociales/habitant
Serbie 9.215 1.911
Bulgarie 11.635 1.594
Roumanie 14.861 2.197
Grèce 20.276 5.251
Espagne 30.115 7.310
Italie 35.551 10.237
France 43.518 13.900
Pays Bas 58.061 19.385
Suède 60.239 17.090
Danemark 67.803 21.687
Suisse 93.457 23.456
Source : BIRD

La première observation que l’on peut faire, et cela ne va pas de soi, c’est que les dépenses sociales des pays, par habitant, vont en croissant avec leur niveau de richesse. Le graphique ci-dessous montre, ainsi, comment les dépenses sociales se trouvent corrélées avec les PIB/capita des pays.

Graphique corrélation entre les PIB/capita et les dépenses sociales par habitant

L’équation traduisant cette corrélation indique ce que serait la norme pour les dépenses sociales en France : 12.164 dollars par habitant, soit un excès de 1.736 dollars dans notre cas, c’est-à-dire 14,3 % de dépenses en trop.

Les dépenses publiques autres que « sociales »

Dans les dépenses publiques, les dépenses sociales que nous venons d’examiner tiennent une place très importante : 60 % environ, chaque année dans le cas de la France. Il faut donc voir comment se situent les autres dépenses, qui sont des dépenses de fonctionnement et d’investissement, auxquelles se rajoute le coût de la dette :

PIB/capita et dépenses publiques autres que sociales, par habitant
PIB/capita Dépenses
Serbie 9.216 2.206
Bulgarie 11.635 2.608
Roumanie 14.861 3.453
Grèce 20.276 7.502
Espagne 30.115 5.269
Italie 35.551 7.586
France 43.518 8.766
Pays Bas 58.061 5.757
Suède 60.239 12.002
Danemark 67.803 14.853
Suisse 93.457 10.107
En US $ - Source : BIRD

Ici, également, on constate que les dépenses de fonctionnement sont extrêmement différentes, d’un pays à l’autre, et elles croissent avec leur niveau de développement économique. La France avec 8.766 dollars par habitant se situe entre l’Italie et la Suède. Et le graphique ci-dessous illustre la corrélation existant entre ces dépenses et les PIB per capita des différents pays :

Graphique corrélation PIB/capita et dépenses autres que sociales

L’équation de la droite qui exprime cette corrélation indique que nos dépenses autres que sociales devraient de situer à seulement 7.625 dollars par personne, soit un excédent de 14,9 %. La France, là également, est donc à un niveau de dépenses de fonctionnement bien en avance sur son niveau de richesse.

Les excès de dépenses, en France

L’approche économétrique que nous venons d’utiliser indique que nos dépenses publiques sont effectivement excessives : 14,3 % de trop dans le cas des dépenses sociales, et 14,9 % pour ce qui est des dépenses de fonctionnement. Dans le cas de l’année 2019, une année considérée comme normale avant la crise sanitaire, il s’est donc agi des sommes suivantes :

Année 2019 Excès de dépenses
Dépenses sociales 751,9 94,2
Dépenses autres 596,8 77,4
Total 1.348,7 171,6
en milliards d’euros

On en a donc été, en 2019, à un excèdent de dépenses publiques de 171,6 milliards d’euros, soit 14,5 % de trop. Cette année, là, le déficit budgétaire s’était élevé à 72,8 milliards d’euros, en sorte que si nos dépenses avaient été dans la norme nous aurions eu un excédent budgétaire 98,8 milliards, se situant à 4,0 % du PIB. Dans le Projet de loi de finances pour 2023 (PLF), présenté au conseil des ministres le 26 Septembre dernier, le déficit prévu s’élèvera à 158,5 milliards d’euros, et l’on en sera à 5 % du PIB. Avec 171,6 milliards de dépenses en moins, on en serait à un excèdent budgétaire de 13,1 milliards d’euros : ce qui serait parfait. Le problème pour nos gouvernants est donc de voir comment ramener nos dépenses publiques à un niveau normal, c’est-à-dire les abaisser de 14,5% : mais un tel effort apparait tout à fait impossible.

Notons qu’en s’en référant aux ratios que l’on prend habituellement pour repaires, on a les évaluations suivantes :

Excèdent de dépenses publiques (année 2019)
Ratio OCDE (40,9%) 351,7
Ratio UE (51,5 %) 95,0
Approche économétrique 171,6
en milliards d’euros

Les recommandations des organismes officiels

La Cour des Comptes : Pierre Moscovici dans la présentation de son rapport à la presse le 16 février 2022 a rappelé que dans le groupe des pays de la zone euro la France est « le pays dont la situation des finances est la plus dégradée ». S’inquiétant de ce que notre dette se soit accrue de 560 milliards d’euros depuis 2019 il propose de réduire nos dépenses publiques, et il a avancé le chiffre prudent de 9 milliards d’euros par an : il s’agit d’ « un effort sans précédent », dit-il. En effet, jusqu’ici elles n’ont fait que croitre !
France Stratégie : Cet organisme qui a succédé à notre ancien Commissariat au Plan est rattaché au premier ministre. Dans une étude de Christophe Govardo et Fabrice Leuglant, datant de 2017, il est indiqué qu’une baisse de 3 points de PIB en 5 ans serait un objectif « ambitieux, mais possible ». Il s’agirait de 78 milliards d’euros si l’on s’en réfère à l’année 2017, date de cette étude, mais, disent les auteurs, cela nécessitera de « faire de réels efforts sur les dépenses sociales ». On en serait donc à un rythme de réduction de 16 milliards d’euros par an, un objectif tout à fait insuffisant.
Le ministre de l’économie Bruno Le Maire : Notre ministre, en présentant son budget au Parlement pour 2023, a déclaré : « La France est à un euro près ». Aux dernières Rencontres économiques d’Aix en Provence, il avait dit, à propos des dépenses publiques, qu’il fallait changer de méthode : l’Etat ne parvient pas à les réduire, et il a avancé l’idée qu’il faudrait que ce soient, dorénavant, les parlementaires qui se saisissent du sujet.

La France prise au piège de ses dépenses publiques

Ramener nos dépenses publiques au nombre des habitants, comme nous l’avons fait, montre qu’elles augmentent, dans tous les pays, à mesure que croit leur richesse. Dans le cas de la France, nous avons des dépenses, tant en matière sociale que pour ce qui est des coûts de fonctionnement du pays, qui sont en avance sur notre niveau de richesse : elles ne sont pas, en soi, « anormales », mais très en avance sur notre niveau de développement économique, donc insupportables. Les Français se sont organisés comme si notre société était plus riche qu’elle ne l’est réellement : nos dépenses sociales correspondent à un PIB per capita de 49.000 US$, un niveau que nous n’atteindrons que dans 6 ou 7 ans. On se souvient que le journaliste François de Closets avait publié, chez Grasset, en 1982, un ouvrage intitulé « Toujours plus ».

A présent, les dépenses sont là, solidement installées dans la sociologie des Français, et elles font partie de leur paysage : pour un pouvoir démocratique, elles sont devenues politiquement impossibles à réduire. Diminuer nos dépenses sociales ne serait pas admis par la population, et rogner sur nos dépenses de fonctionnement ne serait pas compris : de toutes parts, on voit que l’on réclame davantage d’enseignants, de policiers, de juges, de gardiens de prison, d’infirmières, etc…. , et avec la guerre en Ukraine on découvre qu’il va falloir renforcer nos budgets militaires. Et, maintenant, la puissance publique se voit soudain contrainte de protéger les Français contre le coût extravagant de l’énergie. Pierre Moscovici, le président de la Cour des Comptes, a avancé le chiffre très modeste de 9 milliards d’euros d’économies, par an : une goutte d’eau par rapport au chiffre que nous avons donné, plus haut. Au moins, faudrait-il s’attaquer sérieusement pour réduire nos déficits budgétaires, aux fraudes sur les dépenses sociales que certains auteurs ont chiffrées à une cinquantaine de milliards d’euros chaque année ; et pour ce qui est des dépenses de fonctionnement, supprimer les double-emplois entre l’Etat et les collectivités territoriales.

La seule solution consiste à bloquer les dépenses, c’est-à-dire ne pas revenir en arrière mais cesser de les augmenter chaque année, et, par ailleurs, s’activer pour augmenter le plus rapidement possible la richesse du pays, et ce, comme nous l’avons montré dans d’autres articles, en reconstituant notre secteur industriel qui a anormalement fondu depuis la fin des Trente glorieuses. C’est par ce canal que passe obligatoirement le redressement de notre économie : il faut que notre secteur industriel soit remonté à 17% ou 18 % du PIB, alors qu’il ne concourt plus aujourd‘hui que pour 10 % seulement à sa formation. Les magistrats de la rue Cambon nous disent bien, dans leur dernier rapport, que le redressement de nos finances publiques repose sur deux piliers : « renforcer la croissance et maitriser, dans la durée, les dépenses publiques ».Et ils rappellent que la politique industrielle est « le levier de croissance et de création d’emplois ».

Au rythme de 16 milliards par an, préconisé par France Stratégie, il faudra un peu plus de 10 ans pour en revenir à une situation normale, pour autant que l’on parvienne à s’engager fermement sur la voie des économies, ce qui n’est pas gagné d’avance. Et le plan « France 2030 » d’Emmanuel Macron est très insuffisant. Notre pays va donc continuer à s’endetter, chaque année un peu plus, et cela risque fort de nous conduire, demain, à une situation à la grecque.

Continuer la lecture :

La réforme des retraites et la tectonique des plaques

La réforme des retraites et la tectonique des plaques

De l’irresponsabilité syndicale à la crispation des français

SNCF : pas de bénéfices fictifs pour des cheminots grévistes

SNCF : pas de bénéfices fictifs pour des cheminots grévistes


Allô Pour le gouvernement, il n’y a pas d’urgence à lutter contre la fraude sociale

Allô Pour le gouvernement, il n’y a pas d’urgence à lutter contre la fraude sociale

Comment gérer l’endettement

Comment gérer l’endettement

et optimiser la gestion de l'inflation


Pouvoir d’achat, le consensus parlementaire des « crameurs de caisse »

Pouvoir d’achat, le consensus parlementaire des « crameurs de caisse »

Taxer davantage le capital des ménages

Taxer davantage le capital des ménages

Une voie sans issue : le maximum est déjà atteint



Vos réactions à cet article (4) :

Une mauvaise nouvelle pour la France :

le 18 décembre 2022, 21:06 par Michel Angles

Je n’y connais strictement rien en économie mais je voudrais savoir à qui on doit ce déficit, cet argent ????

LA mesure, pour un courage politique nouveau

le 30 décembre 2022, 02:36 par zelectron

simple observation :
1 million de fonctionnaires(non productifs et conservés) représentent 4 x 10 puissance 14 €uros : est-ce tolérable, dans nos moyens, pour quels résultats, pour continuer des idées néfastes telles qu variable d’ajustement ou bouche trou ?


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Retrouver cet article sur le Web :
https://www.irdeme.org/1734
Flashcode 2 url
FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :