Institut de Recherche pour la démographie des entreprises

www.irdeme.org > Articles > Trop de fonctionnaires ou manque d’emplois marchands ?

Trop de fonctionnaires ou manque d’emplois marchands ?


jeudi 28 juin 2012, par Bernard Zimmern

Avec la nouvelle gauche au pouvoir, une nouvelle majorité saura-t-elle reconnaître ce que la majorité au pouvoir depuis 2002 a été incapable de réaliser : que nous avons peut-être trop de fonctionnaires mais surtout un manque d’emplois marchands, d’emplois privés ?

Trop de fonctionnaires ou manque d’emplois marchands ?

Les Socialistes vont-ils réussir ce que la droite, et particulièrement l’UMP, a été incapable de réaliser, et encore pire, de conceptualiser depuis son arrivée au pouvoir en 2002 ?

Olivier Ferrand, président de Terra Nova et nouveau député des Bouches du Rhône, vient d’affirmer sur le Talk Show du Figaro du 23 juin, que nous n’avons pas trop de fonctionnaires mais pas assez d’emplois privés ; il en manque 3 millions a-t-il affirmé.

Olivier Ferrand sera-t-il à même de faire entendre ce que l’iFRAP dénonce depuis près de 10 ans, l’insuffisance de la base productive française qui est d’après les chiffres mêmes de l’OCDE de 20 millions, alors que cette base est de 25 au Royaume-Uni et, ramené à la même population que la France, 27 millions en Allemagne.

Il est vrai que si nous avions le même niveau d’emplois privés que les Allemands ou même que les Anglais, notre ratio du nombre de fonctionnaires rapporté à la population totale tomberait au niveau des pays de l’Ouest ayant les économies les plus dynamiques. Il est vrai que si nous avions le même niveau d’emplois privés que les Allemands, il n’y aurait plus de handicap du coût du travail.

Mais si Olivier Ferrand est sur la bonne voie, il lui reste encore à dire et faire comprendre que si l’emploi privé est si rachitique, c’est que nous ne créons pas assez d’entreprises dignes de ce nom. Il lui reste à faire reconnaître que depuis 1974, date de l’apparition du chômage, les mesures gouvernementales ont été surtout dirigées vers la création de petits boulots, comme les services à la personne.

Mais l’Enarchie dont il est un représentant sait-elle comment créer de vrais boulots comme les Allemands ? Saura-t-elle reconnaître que nous en créons 3 fois moins chaque année, 105.000 contre 305.000 ?

Et saura-t-il modérer son discours et reconnaître que le phénomène décrit dans le livre « Absolument dé-bor-dée » de Zoé Shepard est général, que presque toutes les collectivités locales ne savent pas quoi faire de leur personnel, que certains syndicalistes estiment à 20% les personnels mis au placard et que notre évaluation serait que le personnel inutile dans les administrations locales est plutôt de l’ordre de 40% ?

Olivier Ferrand a raison : le premier et gravissime problème de la collectivité française est le manque d’emplois privés, mais nous doutons profondément que l’Etat puisse les créer, nous croyons qu’il peut seulement offrir un cadre, notamment fiscal, qui encourage les créations et les développements d’entreprises, et que, partis comme ils le sont, les socialistes ont toutes les chances de ne pas être réélus en 2017 pour ne pas avoir résolu ce qui est en effet le premier problème et la première angoisse des Français : le chômage.



 
Plan du site |