La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Transport, sécurité, logement … Mme Hidalgo enfume Paris

En activité dans l’industrie, j’avais constaté que l’on pouvait assez facilement trier les collaborateurs en deux catégories : ceux qui ont des résultats, et ceux qui ont des explications. Sans consigne particulière, il existe des gens qui se concentrent sur l’objectif, parfois d’ailleurs de manière exagérée, et d’autres, plus pusillanimes probablement, qui s’astreignent d’abord à respecter règles et procédures et devant l’obstacle, viennent vous expliquer pourquoi ils ont échoué. De l’observation, je suis passé assez facilement à l’utilisation de cette classification et je pris l’habitude d’accueillir les nouveaux arrivants par ces quelques mots (entre autres) : « Dans une entreprise, il y a deux sortes de collaborateurs : ceux qui ont des résultats (ce qui ne signifie pas faire n’importe quoi et certainement pas quelque chose d’illégal) et ceux qui ont des explications ; choisissez votre camp ! ». Et cela s’observe du haut en bas et de bas en haut, comme vous préférez, de la hiérarchie : il existe des ouvriers ou de simples employés qui ont des résultats et des cadres supérieurs qui n’ont que des explications.

J’aborde aujourd’hui ce sujet, car j’ai essayé de l’appliquer à la vie politique et dans un premier temps à notre très honorée Maire(sse) de Paris, Mme Hidalgo : elle a entrepris, alliée aux écologistes pour ne pas dire arrimée à ces derniers, une série de grands chantiers :

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Commençons par les transports : en ce qui concerne les transports individuels, les trottinettes sont apparues … sur les trottoirs et parfois à plus de 25 km/h car électriques ; le vélo individuel, également adepte des trottoirs et des sens interdits, bénéficient de chaussées dégradées au point de justifier des VTT. Quelques morceaux de pistes cyclables plus ou moins utilisables et utilisées. Le plus gros progrès est la quasi-disparition de Vélib’, inutilisable sérieusement depuis plus d’un an après une mise au point qui avait duré plusieurs années. Apparition de temps à autre d’un vélo électrique lequel a l’avantage d’utiliser une énergie que de toutes les façons, il faut bien produire. On ne dispose pas pour le moment de statistiques réellement utilisables sur les accidents mais gageons qu’ils s’approcheront plus des motos (23% des accidents mortels pour 2,3% de la circulation) que de ceux des voitures. L’incivilité de ses utilisateurs est monumentale : les cyclistes sont apparemment daltoniens de naissance et ne font aucune différence entre la rue, la piste cyclable, et le trottoir. Ils ignorent également la signification du panneau sens interdit ; côté motocyclette, la chasse aux voitures a eu pour conséquence une croissance continue du parc et de l’accidentologie afférente. Du fait de leur agilité et de leur organisation en groupe de pression, ils semblent ignorer totalement l’existence d’une quelconque réglementation voire même d’une police qui préfère les ignorer car elle ne sait comment les rattraper. Accessoirement, ce sont les rois des décibels, en particulier les Harley-Davidson lesquelles sont semble-t-il livrées hors normes (de bruit dans leur cas). Côté automobiles, la mairie s’est employée avec beaucoup d’industrie à boucher un maximum d’artères pour fluidifier la circulation (une sorte d’anti « stent » en quelque sorte) en décourageant les utilisateurs, ce qui n’a fait diminuer ni les encombrements, ni la pollution, ni les difficultés de stationnement etc … De son côté, AUTO LIB est mort également. Concernant les taxis, nous savons désormais s’ils sont libres ou occupés : c’est un bon point. Mais on ne semble pas avoir compris à la mairie que les UBER ou autres LE CAB, sont des progrès, à encadrer certes, mais introduisant la concurrence dans des rentes historiques solidement verrouillées. Le métro est plus pollué que les rues sans provoquer une quelconque réaction ; il tombe désormais en panne quasiment tous les jours y compris sur les lignes automatiques et la sacro-sainte ligne 1. La partie SNCF, elle fait la grève. Un vrai plus à constater par contre dans les autobus dont les horaires commencent à coïncider avec ceux des utilisateurs ; une utilisation systématique et performante de l’information sur le trafic serait la bienvenue. J’ai moins d’informations sur le tramway a part son immense emprise sur l’espace public et l’obligation de fait de changements de mode de transport toujours augmentée et pénible si l’on est chargé. En conclusion sur les transports des expériences avortées pour l’usager, malgré de multiples tentatives dont certaines très coûteuses, mais beaucoup d’explications : Decaux, Bolloré, Le Grand Paris etc…… Les tentatives diverses d’installation de la campagne dans la ville (à l’inverse d’Alphonse Allais) restent, et pour cause (Paris grandit), des fantasmes.

Point suivant : la sécurité. Les touristes se font dévaliser à la tour Eiffel et les 18e et 19e arrondissement sont considérés aujourd’hui au moins partiellement comme des arrondissements non sécurisés ! Ajoutons des squats tournants et quelques salles de shoot le tableau sera complet. Accessoirement, pourrait-on m’expliquer pourquoi on fait d’un côté la chasse au tabac (ce qui me paraît de bonne prévention) et de l’autre, de manière détournée certes, la promotion de la drogue ? Que je sache, un fumeur nuit d’abord à lui-même ; un drogué se nuit dans un premier temps, mais en plus aux autres ! 800 accidents mortels de voiture sur les 4000 que M. Philippe pourchasse sont par exemple le fait de drogués. Domaine connexe : la propreté. Paris est sale et les rats prolifèrent …

Dans le domaine du logement, mise à part l’efficacité de l’attribution aux électeurs potentiels, les politiques de logements sociaux intermédiaires ajoutées à celles des actions de préemption de la mairie (20% des transactions en reconventionnements ?), (et à celle des achats d’étrangers) a eu comme conséquence une raréfaction des biens disponibles sur le marché accompagnée d’une solide hausse des prix. La sacro-sainte mixité sociale n’avance pas car elle est probablement contraire aux souhaits des mixeurs comme des mixés. (Un vieux proverbe affirme avec sagesse ( ?) : « qui se ressemblent, s’assemblent ….)

Nous en sommes arrivés à un point d’échec tel, que l’on ne demande même plus d’explications. J’ai également connu cette situation avec parfois des collaborateurs voire des filiales : quand les résultats sont trop continuellement mauvais, on n’essaye plus de redresser, on ne s’en occupe plus et on s’en débarrasse.
Le seul résultat concret que Mme Hidalgo pourrait mettre à son actif c’est l’explosion des impôts, des taxes et des prélèvements divers ainsi que de la dette de la Ville de Paris. À quand le retard le retour des taxes sur les fenêtres ?[1]

Plus grave, en fin de carrière, j’ai eu la joie de découvrir une nouvelle catégorie de collaborateurs : ceux qui ont des présentations ! Je m’explique : faute de résultats et grâce à « Powerpoint », certains collaborateurs vous présentent en lieu et place de l’avancement de leur plan un nouveau projet « mirifique » tous les six mois qui vous tient en haleine et empêche un examen sérieux du précédent. Celui de Mme Hidalgo, en tous les cas le plus emblématique, ce sont les jeux olympiques à Paris. Vous verrez, nous serons prêts.
Dieu nous préserve, une fois n’est pas coutume, que Mrs. Macron et Philippe, ne suivent le même chemin, mais clairement, le destin hésite.

Continuer la lecture :

Du fonctionnement de notre état et de nos lois

Du fonctionnement de notre état et de nos lois

La question des squatteurs

Yves Buchsenschutz,
L’administration qui ne dit mot… ne consent pas

L’administration qui ne dit mot… ne consent pas

Jean-François Bauer,

Logement et Emploi en France

Logement et Emploi en France

Jean-François Bauer,
Le logement continue à s’enfoncer dans la réglementation

Le logement continue à s’enfoncer dans la réglementation

Jean-François Bauer,

Monsieur Le Ministre, épargnez-nous le « permis de louer »

Monsieur Le Ministre, épargnez-nous le « permis de louer »

Jean-François Bauer,
Pourquoi le logement n’attire-t-il plus les investisseurs en France ?

Pourquoi le logement n’attire-t-il plus les investisseurs en France ?

Jean-François Bauer & Bernard Biedermann,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages (2)

Hildalgo

le 20 septembre 2018, 16:35 par HUBIN JP

bien agréable à lire

Mme Hidalgo

le 13 mai 2019, 11:50 par Jacques Banville

j’adhère à ces propos et je précise ce que j’ai vu, à plusieurs reprises, dans ma carrière professionnelle ; en fait ce sont des ’powertpoint’ de toute beauté avec des chiffres faux ou erronés.
la France n’a pas les moyens d’organiser les JO 2024. Alors les édiles parisiennes font tout y arriver, des ’powerpoint’ ; y compris faire des présentations alléchantes mais dont on sait qu’elle se traduiront par des suppléments de dépenses stratosphériques (comme d’habitude).
La dette de la France n’est pas prête de se résorber...


 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies