La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Sibeth Ndiaye ; Yes, la meuf elle ment !

Guy Béart l’a chanté, « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ». Tenant probablement à ses abatis, Sibeth Ndiaye, notre nouvelle porte-parole, pas avare de déclarations roboratives, dont une annonce plutôt mal vécue le jour du décès de Simone Veil (« Yes, la meuf elle est dead »), a aussi reconnu sans détours qu’elle mentait pour protéger son cher Président.

C’est une déclaration désastreuse dans le contexte actuel de défiance à l’égard du pouvoir. Ce ne va pas manquer non plus de nous plonger dans une perplexité sans fin. Des esprits blasés rétorqueront que depuis des siècles il en est ainsi, et ce n’est pas au fidèle lecteur de Machiavel qu’est le patron ultime de la porte-parole que l’on rappellera la fameuse théorie de la « vérité effective (et efficace) de la chose » : « Beaucoup se sont imaginés des républiques et des principautés que jamais on n’a véritablement vues ni connues, car il y a un tel écart entre la façon dont on vit et celle dont on devrait vivre, que celui qui délaisse ce qui se fait pour ce qui se devrait faire apprend plutôt à se perdre qu’à se sauver »[1]

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Et ailleurs : « Un seigneur prudent ne peut ni ne doit conserver sa foi, lorsqu’une telle observance se retourne contre lui et que sont anéanties les causes qui la lui firent promettre ». Machiavel, à l’opposé des vertus chrétiennes qu’il combat fermement, croit en la méchanceté foncière de l’homme et au caractère naturel de la violence, et ses préceptes s’adressent à ceux qui veulent obtenir le pouvoir et le conserver. Après bientôt deux ans de présidence, la phrase ci-dessus n’est-elle pas d’une actualité brûlante ?

Au temps des réseaux sociaux, les préceptes de Machiavel sont évidemment bien plus difficiles à suivre. Et la porte-parole a été contrainte de ne pas attendre longtemps avant de faire sa première déclaration : Le premier avril, et ce n’était pas un poisson.

Emmanuel Macron "a souhaité que ce temps qui s’ouvre devant nous soit mis à profit pour établir un diagnostic de ce que nous avons entendu de ce débat avec les Français", a-t-elle dit, en ajoutant : "Ce débat ne doit pas être l’occasion de renier ce que nous sommes, de renier ce que nous avons fait dans les premiers mois, les premières années de ce quinquennat… ». Enfin, "il convient aussi pour le gouvernement d’étudier avec beaucoup de considération l’ensemble des propositions qui émergeront (...), de ne rien sous-estimer et de tout étudier avec la même attention…  »

Nous voilà devant un dilemme cruel. La porte-parole ment-elle, ou dit-elle la vérité, et cela en totalité ou seulement en partie ? Nous avons le choix entre quatre possibilités :
 Oui l’Etat regarde soigneusement ce que les Français nous ont dit, mais ça ne va pas changer son action ; ce serait alors la vérité, mais alors pourquoi avoir introduit ce Grand débat ??
 Oui l’Etat regarde soigneusement, et il va changer son action ;
 Non l’Etat s’en fiche, et cela lui permettra de ne rien changer à son action ;
 Non l’Etat s’en fiche et il changera quand même son action pour avoir l’air (mais pas dans le sens désiré par les Français) ;

Faites vos jeux… Machiavel choisirait probablement la dernière branche de l’alternative !

On peut aussi donner foi au paradoxe du menteur : en disant qu’elle ment, elle ne dit pas la vérité, et donc dira la vérité… le pari est quand même risqué !

Il y a une conclusion sur laquelle tous peuvent s’entendre. Après tout, troublés et confrontés aux plus grandes incertitudes par cette déclaration, avons-nous finalement besoin de nous payer ce porte-parolat qui ne servira à rien, à l’heure où les économies sont de rigueur ?

Continuer la lecture :

À quoi servent nos impôts !

À quoi servent nos impôts !

Yves Buchsenschutz,
Le dur combat du progrès scientifique contre la nostalgie

Le dur combat du progrès scientifique contre la nostalgie

Yves Buchsenschutz,

Les Ecolos nous mentent !

Les Ecolos nous mentent !

de Jean de Kervasdoué

Alain Mathieu,
Le-droit-de-l'hommisme occidental est-il un néocolonialisme qui ne dit pas son nom ?

Le-droit-de-l'hommisme occidental est-il un néocolonialisme qui ne dit pas son nom ?

En commentaire d’un article d’Éric Zemmour.

Yves Buchsenschutz,

Ecocide, principe de précaution : l’avènement des lois statiques

Ecocide, principe de précaution : l’avènement des lois statiques

Yves Buchsenschutz,
Selon un sondage OpinionWay ...

Selon un sondage OpinionWay ...

Fabrice Houzé,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages (2)

Sibeth (coincidence)

le 17 février 2020, 14:46 par Gabrielle

je crois qu’elle a fini par comprendre qu’elle était mal peignée..mais ce n’est pas encore la bonne coupe.je la trouve inculte.Jusqu’à quand va-t-on supporter ce gouvernement de débutants ?


 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies