La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

par

Retraites : la cigale française se moque des fourmis

Depuis 1945 la gestion des retraites par notre pays illustre magnifiquement la fable « La Cigale et la Fourmi ».

LA CIGALE ET LA FOURMI

Les fourmis sont les pays anglo-saxons, qui ont amassé des réserves pour les jours où la bise sera venue.
Les fonds de pensions collectent des cotisations des futurs retraités et les placent en obligations ou actions.
La retraite est prise à 65 ans après une quarantaine d’années de cotisations. Le placement a duré en moyenne 20 ans. Avec un rendement de 5 % par an, les cotisations ont ainsi été gonflées de 20 X 5 % = 100 %.
Elles ont doublé. Les retraites sont financées.
En 1945, après des décennies sans cotisations, la cigale française était fort dépourvue : pas de réserves constituées pour financer les retraites à venir. On s’est donc payé de mots, et même de grands mots, que le rapport Delevoye de juillet 2019 nous rappelle sans honte :

La sécurité sociale est la garantie donnée à chacun qu’en toutes circonstances, il disposera des moyens nécessaires pour assurer sa subsistance et celle de sa famille dans des conditions décentes » (ordonnance du 4 octobre 1945).

... Lire la suite ...
Un article publié par Contrepoints

- Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Continuer la lecture :

 Retraites et inflation : Hold-up sur les complémentaires

Retraites et inflation : Hold-up sur les complémentaires

Revalorisation des retraites : sur quelles bases ?

Revalorisation des retraites : sur quelles bases ?

Appel à commentaire !


Toute augmentation du Smic coûte cher à la Sécurité sociale !

Toute augmentation du Smic coûte cher à la Sécurité sociale !

La perte des allocations sociales et le travail au noir

Un système d'aide contre-productif


Une synthèse du casse-tête financier des retraites, principale dépense sociale

Une synthèse du casse-tête financier des retraites, principale dépense sociale

Protection sociale, un financement bouleversé

Protection sociale, un financement bouleversé

Augmentations simultanées de la progressivité des prélèvements et du solde déficitaire de l’Etat



Vos réactions à cet article (1) :

Ponzi et compagnie !

le 30 septembre 2019, 11:38 par zelectron

la SS est une entité pléthorique qui sert d’abord ses propres intérêts puis ceux qui lui sont désignés par le pouvoir politique du moment et enfin pour ce qui reste le citoyen lambda !
Notons que fort de sa puissance elle réussit malgré la loi européenne à empêcher la plupart des candidats à la liberté sociale de rompre leur lien toxique avec elle-même.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Retrouver cet article sur le Web :
https://www.irdeme.org/1215
Flashcode 2 url
FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :