Entreprises et Emplois marchands : Visions d’Entrepreneurs

par

Retraites et inflation : Hold-up sur les complémentaires

Agirc Arrco et le gouvernement complices pour s’approprier les compléments de cotisation générés par l’inflation.

Le sauvetage du pouvoir d’achat devant la montée inexorable de l’inflation devrait selon le gouvernement être compensé pour les 15 millions de retraités par une remise à niveau des pensions, et ceci à une hauteur proche de l’inflation, entre quatre 4 et 5 %.

Ainsi que nous avons d’ores et déjà signalé cet effort d’abord présenté comme général, s’est restreint au fil du temps à la pension « de base » ce qui signifie pour le privé la CNAV seule et pour une grande majorité des fonctionnaires, la totalité de leur pension, unique, laquelle ne comprend pas de complémentaire comme le privé.

Ces points ont été précisés à plusieurs reprises au moins par Monsieur Lemaire, ministre des finances, lequel a ajouté que cette mesure devait être équitable. On a une certaine difficulté à comprendre où est l’équité quand :
  - les fonctionnaires seraient revalorisés sur une base globale
  - les bas salaires, qui bien souvent ne cotisent pas, sur une base CNAV, quasi-totale
  - les autres salaires privés, en général au moins, sur une pension largement tronquée puisqu’elle ne concernerait pas les retraites complémentaires en particulier Agirc Arrco. Pourtant ce sont bien les retraites complémentaires élevées qui financent le système ![1])

Il y a bien entendu mille arguments pour expliquer que les régimes sont similaires mais pas identiques, et que l’Agirc Arrco ne dépend pas du gouvernement mais des partenaires sociaux.

Chacun peut comprendre tout de même que nous hommes dans une situation exceptionnelle, laquelle demande au minimum des explications et, c’est d’ailleurs le chemin choisi pour certains régimes. À date, le premier retraité venu (il y en a 13 millions dans ce cas) est persuadé que c’est sa retraite (globale) qui va être revalorisée. Nous sommes en train de fabriquer 13 millions de déçus. (Presque aussi bien que la mesure sur les 80 km/h).

Au demeurant, toutes choses égales par ailleurs, l’inflation entraîne déjà des discussions salariales qui devraient entraîner des hausses de salaires, qui devraient entraîner des hausses de cotisation. Question à 5 % : que va faire l’Agirc Arrco de ces cotisations supplémentaires ? Les mettre en réserve (elle en a déjà pour plus de 80 Milliards) et les réserves sont faites pour parer les aléas ( ?) ou combler une fois de plus le trou de la SNCF ou de l’EDF ?

Les retraités « complémentaires » exigent :

  - que l’équité soit respectée au moins dans son esprit. S’il y a revalorisation des salaires et des retraites elle doit concerner tout le monde.
  - que le gouvernement s’engage à inclure les complémentaires dans le système en cours de mise en place pour fin juin.
  - qu’une information complète et compréhensible de la situation soit faite à l’ensemble du pays et en particulier des retraités, d’une manière générale par le gouvernement et ciblée par les organismes de retraite responsables. Ce black out est malhonnête.
  - qu’une représentation des retraités à définir soit désormais partie prenante aux discussions sociales les concernant, à côté des syndicats d’actifs qui ne les représentent en aucune façon.

En l’absence de réponse positive à ces quatre points nous considérerons que nous sommes face à un hold-up aggravé que nous nous réservons le droit de combattre par tous les moyens.

PS : Merci à l’IREF et à l’IFRAP qui ont relayés et complétés nos messages.
Les autres organisation en particulier Sauvegarde Retraites et Agirc Arrco n’ont pas donné signe de vie ! Pas concernés ?
Quant aux indépendants (la CIPAV), le silence radio est complétement abyssal !

- Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Continuer la lecture :

Le recul de l’âge de la retraite est nécessaire pour équilibrer l’ensemble des comptes publics

Le recul de l’âge de la retraite est nécessaire pour équilibrer l’ensemble des comptes publics

Retraites complémentaires : l’estocade

Retraites complémentaires : l’estocade


Revalorisation des retraites : sur quelles bases ?

Revalorisation des retraites : sur quelles bases ?

Appel à commentaire !

Toute augmentation du Smic coûte cher à la Sécurité sociale !

Toute augmentation du Smic coûte cher à la Sécurité sociale !


La perte des allocations sociales et le travail au noir

Un système d'aide contre-productif

Une synthèse du casse-tête financier des retraites, principale dépense sociale

Une synthèse du casse-tête financier des retraites, principale dépense sociale



Vos réactions à cet article (2) :


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Retrouver cet article sur le Web :
https://www.irdeme.org/1665
Flashcode 2 url
FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :