Institut de Recherche pour la démographie des entreprises

www.irdeme.org > Articles > Quelles sont les start-up du futur et que faut-il faire pour se préparer (...)

Quelles sont les start-up du futur et que faut-il faire pour se préparer ?


lundi 26 février 2018

De nouveaux secteurs et activités économiques émergent à vitesse incroyable. Ils donnent naissance à de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois et remplacent ceux qui deviennent obsolètes.

Le dernier forum économique mondial à Davos a mis en évidence ce phénomène de turbulence économique qui concerne tous les pays plus que jamais. On parle même de la quatrième révolution industrielle qui va bouleverser toutes les économies et réorganiser le tissu d’entreprises existantes dans les secteurs traditionnels. Mais quelles sont précisément celles qui vont tout bouleverser et comment se préparer ?

Voici les six domaines qui vont connaître des bouleversements et un potentiel de création de start-up, les plus importants dans les deux décennies à venir [1]. Pour chacune d’elles, voici les actions à mettre en œuvre pour qu’elles se réalisent au mieux.

L’identité digitale : se mettre d’accord

Des technologies de stockage et de transmission d’informations en blocs sécurisés grâce à l’utilisation de la cryptographie, permettront à chacun et à tous d’avoir une identité unique, ce qui va créer des avantages significatifs dans tous les domaines. Mais tout d’abord, les gouvernements, les entreprises et la société civile doivent se mettre d’accord sur la voie à suivre.

La cybersécurité : coopérer

Les menaces à la cybersécurité dépassent aujourd’hui la capacité des gouvernements et des entreprises à surmonter le problème. Il est donc indispensable que toutes les parties prenantes commencent à coopérer.

L’intelligence artificielle : accompagner la transition pour les salariés

L’automatisation des processus prend une place de plus en plus importante dans notre quotidien. Entre 400 et 800 millions d’emplois pourraient être supprimés dans le monde à cause de l’automatisation à l’horizon 2030, selon une estimation récente de McKinsey. C’est pourquoi il est urgent de prendre conscience de ce phénomène et de commencer une transition douce entre les métiers et d’accompagner les personnes dans leurs démarches de réinsertion professionnelle.

Mobilité : coopérer pour assurer la sécurité

Si les véhicules ou tout autre mode de transport autonome, évoluent dans l’isolement, ils pourraient constituer un perturbateur important de la navigation et obstruer les routes de la ville avec des conséquences imprévues. Il est donc important d’assurer une coopération étroite avec les fabricants pour préserver la sécurité routière et soutenir la modernisation de la navigation.

Alimentation et agriculture : développer de nouvelles innovations

Les innovations technologiques peuvent jouer un rôle important dans les processus de transformation de systèmes alimentaires. Les systèmes alimentaires mondiaux dans leur état actuel ne sont pas durables pour la population ni pour la planète. Trop de personnes restent insuffisamment nourries ; l’impact environnemental est élevé, le gaspillage alimentaire est important et certains producteurs ne font aucun bénéfice.

Industrie : fonctionner différemment

Historiquement, l’efficacité opérationnelle dans la fabrication était définie par la spécialisation, l’échelle et l’automatisation des tâches répétitives. L’usine du futur va fonctionner différemment : elle va utiliser les découvertes de la robotique, de l’intelligence artificielle, de la science des matériaux, de l’impression 3D et de l’internet des objets pour permettre à chaque objet d’une usine de communiquer avec les autres au niveau du produit plutôt que de passer par un hub central. Ceci permettra de réduire les coûts de production des objets personnalisés en fonction des préférences du client et de les aligner avec les coûts de production de masse. Les usines intelligentes peuvent contribuer à hauteur de 500 milliards à 1,5 trillion de dollars supplémentaires à l’économie mondiale.

Les emplois créés dans ces secteurs vont-ils compenser les destructions qu’ils vont entrainer dans d’autres ? L’avenir nous le dira. Ce qui est certain c’est que si la France veut maintenir son industrie, elle a intérêt à ne pas être à la traine de ses compétiteurs internationaux dans ces domaines.



 
Plan du site |