La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Multiplier les aiguilles dans les bottes de foin
L’État est Impuissant à faire naître des ETI

Les justifications essentielles de la BPI (Banque Publique d’Investissement) comme d’Oséo ou de CDC Entreprises sont que nous créons assez d’entreprises et qu’il faut simplement les faire grossir si l’on veut multiplier les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire, de 250 à 5.000 salariés).
Une étude récente de la Kauffman Foundation[1] montre que les ETI sont imprévisibles car elles constituent une fraction minuscule des entreprises naissant chaque année, en somme une aiguille dans une botte de foin. Et la seule façon de les multiplier est de multiplier les bottes, donc les créations d’entreprises.

L’étude intitulée « Companies that matter » et parue en mai 2013, montre clairement que les ETI sont très peu nombreuses. En étudiant la période entre 1980 et 2012, les auteurs de cette étude identifient que, chaque année, de la cohorte des 500.000 créations d’entreprises naissant avec salariés, une proportion assez régulière d’environ 0,04%, soit seulement entre 100 et 200, parviennent au bout de quelques années à engranger un chiffre d’affaires d’au moins 100 millions de dollars, soit environ 1.000 salariés, ce qui correspond à peu près à la définition des ETI.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

De plus, selon l’étude, le fait de devenir une ETI est plutôt imprévisible. Ces entreprises se trouvent dans presque tous les secteurs d’économie, des technologies informatiques aux produits de consommation finale, et sont réparties dans toutes les régions du pays. On ne peut pas les repérer dès le début, on ne peut pas savoir à la création quelle entreprise va réussir et donc ensuite grossir suffisamment pour devenir une ETI.

Les secteurs à forte technologie ne sont pas non plus, et de loin, les plus importantes ; donc, difficile d’utiliser des indices comme les brevets pour les repérer.
Les plus nombreuses se situent dans les domaines relativement banals comme les entreprises de produits de grande consommation non indispensables ou dans le secteur des fabrications industrielles.

Comment peut-on donc multiplier les ETI ?

La seule façon d’avoir plus d’ETI est de fabriquer encore plus d’entreprises en espérant qu’il y aura sûrement encore plus de celles qui vont réussir.

Il ne faut pas oublier que derrière l’admiration devant les créations d’entreprises qui seraient 500.000 par an, il y en a seulement 30 à 40.000 qui naissent avec au moins 1 salarié, contre 500.000 aux USA, un rapport de 1 à 12, alors que le rapport de nos populations n’est que de 1 à 5.

Par analogie avec des bottes de foin, il nous faut avoir plus de bottes de foin pour pouvoir trouver plus d’aiguilles.

Continuer la lecture :

Industrialisation : l'entreprise agile

Industrialisation : l'entreprise agile

Yves Buchsenschutz,
Les sous-marins australiens :

Les sous-marins australiens :

erreur de stratégie, erreur de méthode

Yves Buchsenschutz,

Pourquoi et comment réindustrialiser la France

Pourquoi et comment réindustrialiser la France

Claude Sicard,
Profil des dirigeants de PME en France

Profil des dirigeants de PME en France

Bernard Biedermann,

Et toujours le nanisme des entreprises françaises !

Et toujours le nanisme des entreprises françaises !

Bertrand Nouel,
Réindustrialiser la France :

Réindustrialiser la France :

posons le problème

Bernard Biedermann,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies