La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Merci monsieur Hollande
On est très injuste avec Monsieur Hollande !

Sur les 55 mois de son mandat, il a quand même pris UNE bonne décision au plan économique : il a en effet supprimé la défiscalisation des heures supplémentaires, ainsi que l’exonération des charges sociales afférentes, qui avaient été instaurées par son prédécesseur dont le programme prévoit de les rétablir.

Une étude de l’Institut Montaigne en 2011 montrait que le coût des exonérations de charges sociales s’élevait à 3,1 milliards d’euros, dont 2,4 milliards pour les exonérations salariales, et 700 millions pour les exonérations patronales. La défiscalisation au titre de l’impôt sur le revenu (IR) étant estimée à 1,4 milliard, c’est donc un total de 4,5 milliards par an qui ne sont pas rentrés dans les caisses publiques. Ce chiffre est confirmé, en ordre de grandeur, dans un récent numéro du magazine des Républicains qui fait état de 9 millions de foyers concernés pour un montant moyen de 430 euros par foyer, soit globalement près de 4 milliards[1] d’euros par an.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

En cinq ans, c’est donc une vingtaine de milliards qui a été soustraite aux recettes fiscales et sociales.

Indépendamment des conséquences sur le déficit public, on peut s’étonner que, dans un pays qui compte plus de 5 millions de demandeurs d’emploi, on octroie de tels avantages à ceux qui ont la possibilité - dans le contexte actuel, on pourrait même parler de privilège - de travailler plus. Surtout, sachant que, depuis des décennies, le paiement des heures supplémentaires est majoré de manière significative (+ 25 % pour les huit premières, +50 % au-delà), et depuis quelques sombres années… à partir de 35 heures. Certains mauvais esprits font également remarquer que cette défiscalisation bénéficie aussi aux fonctionnaires d’Etat et territoriaux, et que cette incitation à travailler moins vite ne semble pas avoir permis de diminuer les congés maladie…

Par ailleurs, on ne voit pas pourquoi la collectivité devrait être pénalisée en contribuant indirectement à l’augmentation des revenus de ceux qui peuvent travailler plus, les exonérations de ceux-ci étant une charge pour les autres. Curieuse solidarité.

En outre, l’estimation mentionnée par Les Républicains d’un complément de revenu de 36 euros mensuels par foyer bénéficiant de la mesure, en moyenne (même si les moyennes ne sont pas toujours le meilleur indicateur) n’est pas de nature à changer de manière significative le niveau de vie de ces ménages, alors que le coût pour la collectivité est considérable.

Enfin, la priorité des priorités étant de diminuer le chômage, on ne voit pas très bien comment des incitations à faire des heures supplémentaires par ceux qui ont déjà un travail y contribueront, et c’est peut-être même l’inverse… Il est vrai que pour faire face à des augmentations ponctuelles de carnet de commande, les heures supplémentaires ne peuvent pas aisément être remplacées par des embauches, mais il n’en est pas de même avec des perspectives durables de croissance… que nous promettent tous les candidats.

De facto, Nicolas Sarkozy a institué le premier l’esquisse d’un impôt sur le revenu dégressif et il propose de le rétablir ! C’est d’ailleurs le seul candidat de la droite qui ait inscrit cette incongruité à son programme.

Avec 4 milliards par an, il doit cependant exister des projets plus appropriés et plus efficaces pour développer l’emploi, et diminuer le chômage, ne serait-ce qu’en amplifiant certaines des propositions déjà inscrites au programme. Mais peut-être est-ce moins payant électoralement ?...

Une fois n’est malheureusement pas coutume : merci Monsieur Hollande !

Continuer la lecture :

Pénurie de main d’œuvre et hausse des bas salaires,

Pénurie de main d’œuvre et hausse des bas salaires,

réflexions après une petite enquête

Bertrand Nouel,
Indemnisation du chômage :

Indemnisation du chômage :

Cette France qui rêve …

Gérard Dosogne,

Baisse du chômage : profitons-en pour agir !

Baisse du chômage : profitons-en pour agir !

Claude Sicard,
Et si la France se remettait en marche

Et si la France se remettait en marche

Yves Buchsenschutz,

Ne pas supprimer le plafonnement des allègements de charges est une grave erreur économique et sociale

Ne pas supprimer le plafonnement des allègements de charges est une grave erreur économique et sociale

Transformation du CICE : l’erreur monumentale dans la lutte contre le chômage

Gilles Rigourex,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages (2)

Vous raisonnez comme Martine Aubry !

le 17 novembre 2016, 18:00 par Catherine MEYER

L'exonération des heures supplémentaires, permettait aux patrons de les rémunérer, et au travail au noir de diminuer !!!
Descendez sur le terrain et regardez un peu le travail dissimulé... Il a explosé, mais je vous l'accorde pas seulement du fait de la fiscalité des heures supplémentaires.

Aujourd'hui le carcan des 35 heures et la limitation de la durée du travail hebdomadaire ne permet pas au salarié de produire ce qu'il devrait devrait dans notre environnement compétitif européen.
Au vu de ce que coûte un salarié, cela n'a pas généré et ne générera pas de postes supplémentaires pour la bonne et simple raison, que le surcroit de travail n'est pas forcément continu sur une période longue, ce que bien des patrons aimeraient vivre...
La visibilité sur les carnets de commande est de plus en plus courte au contraire et ca ne va pas en s'améliorant, nous asphyxions notre économie.

Par ailleurs votre juste remarque sur certains fonctionnaires, voir haut fonctionnaires (regardons un peu La Caisse des Dépôts par exemple) ne prends pas non plus en compte d'autres fonctionnaires (police, effectifs de santé...) à qui on interdit de pointer les réelles heures travaillées, heures effectuées dans des conditions de travail déplorables. La il ne s'agit pas d'impôt mais de gouvernance de l'état ou plutôt de manque de gouvernance, doublé de fraude caractérisée sur ses salariés.

Pour revenir à la mesure critiquée, elle avait au moins un intérêt c'était de récompenser le travail.
Aujourd'hui le message que le gouvernement fait passer avec une avalanche d'aides de longues durée encourage le chômage déclaré, doublé pour les plus courageux de travail au noir.

Vous comptez dans votre article ce que cela couterait en argent non collecté, mais comptez-vous à l'inverse, ce que l'argent ainsi gagné rapporte en TVA, quand les heureux travailleurs peuvent enfin consommer ? Comptez vous aussi la croissance que cela peut générer, car le patron pour plus facilement faire face à un gros contrat et ainsi avec l'argent gagner après 6 mois/1 an effectivement créer des postes ???

C'est tout un système qui est à remettre à plat. Valoriser ceux qui créent de la valeur, secouer les corporatismes, et arrêter de prélever à tout va toujours sur les mêmes, en étouffant la dynamique positive qui relancerait notre économie. ET non le travail n'est pas un luxe !!!!

enfin un président au chomage...

le 19 novembre 2016, 04:26 par Parichon

une seule personne de la silicon valley est capable de réduire le chomage de 10% EN FRANCE merci les états Unis.Bob emploi c'est pour aujourd'hui merci monsieur Hollande.


 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies