La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Les sous-marins australiens, un camouflet qui demande des explications

« Un coup dans le dos », « brutal », un « mensonge », de la « duplicité », une « confiance trahie », sont les termes employés par Jean-Yves le Drian, ministre des Affaires Etrangères, pour justifier sa « colère » à l’annonce, le 15 septembre par le gouvernement australien, de la résiliation d’un contrat d’achat à Naval Group, une entreprise publique française, de 12 sous-marins à propulsion diesel. D’après les informations fournies au Parlement australien, le montant de cet achat était de 56 milliards d’euros, ce qui représente huit années d’exportations françaises de matériel militaire. Le contrat prévoyait que 60 % de la construction seraient réalisés dans des chantiers navals australiens. Cet achat résultait d’un « accord de partenariat stratégique » signé en 2012 par le Premier ministre australien, Kevin Rudd, confirmé par des accords signés en 2016 et 2019, le dernier de 1.500 pages. 900 millions d’euros auraient déjà été versés par le gouvernement australien « ou sont en cours de versement ». La colère de Jean-Yves le Drian était d’autant plus justifiée que la veille du jour de la résiliation du contrat, le gouvernement australien écrivait qu’il était « satisfait du déroulement du programme ». Cette colère s’est traduite par le rappel des ambassadeurs français à Canberra et à Washington (puisque les Etats-Unis ont remplacé la France en vendant à l’Australie huit sous-marins à propulsion nucléaire).

Emmanuel Macron est resté silencieux pendant une semaine, avant de publier le 22 septembre un « communiqué conjoint » à la suite d’un entretien téléphonique avec Joe Biden. D’après ce communiqué, les deux présidents « sont convenus que des conversations ouvertes entre alliés… auraient permis d’éviter cette situation… Ils ont décidé de lancer un processus de consultations approfondies… L’ambassadeur retournera à Washington la semaine prochaine ». La colère du ministre ne semble donc pas partagée par le président, qui annule la sanction symbolique du ministre après avoir déploré que des conversations ouvertes n’aient pas eu lieu.
De son côté, Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission Européenne, a jugé la situation « inacceptable », tout en déclarant : « Nous voulons savoir ce qui s’est passé ». Ce qui est plutôt contradictoire : comment juger inacceptable une situation que l’on ne connait pas ?
Le président de Naval Group a déclaré qu’il ne poursuivrait pas en justice son client pour demander des indemnités de résiliation. Chacun sait pourtant que pour un gros achat un acheteur verse au fournisseur un acompte qui reste au fournisseur en cas de résiliation. Il est difficile d’imaginer que, dans les 1.500 pages de l’accord de 2019, il n’y avait aucune mention d’un tel acompte, ni d’une indemnité en cas de résiliation.
Dès le mois de juin, les media australiens (ABC News et Sydney Morning Herald) ont signalé que le ministère australien de la Défense « cherche des alternatives » et le Premier ministre australien a déclaré qu’il avait « dit très clairement » à Emmanuel Macron qu’il avait de « profondes et graves réserves » sur cet achat.
En effet un sous-marin à propulsion diesel est plus bruyant, et donc plus facile à détecter, qu’un sous-marin à propulsion nucléaire. Il doit fréquemment se recharger en fuel, ce qui limite son autonomie, alors que le rechargement en uranium est fait tous les dix ans. Les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la France comme ses sous-marins d’attaque, de même format que les sous-marins vendus à l’Australie, sont à propulsion nucléaire et ont été fabriqués par Naval Group, qui a en outre signé avec le Brésil un contrat pour la fourniture de sous-marins et la conception, pour 6,7 milliards d’euros, d’un sous-marin à propulsion nucléaire. L’Inde loue à la Russie des sous-marins à propulsion nucléaire.
Naval Group était donc capable de proposer à l’Australie des sous-marins à propulsion nucléaire, et l’a fait dès cet été. Sans obtenir de réponse.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Dans un article publié par le journal Le Monde, Kevin Rudd, l’ancien Premier ministre australien signataire de l’accord de partenariat stratégique de 2012, affirme que le gouvernement australien pouvait légitimement changer d’avis sur le mode de propulsion de ses sous-marins. Ce changement est justifié par l’agressivité nouvelle de la Chine, qui a par exemple augmenté massivement ses droits de douane sur le vin, l’orge et le bœuf australiens et interdit ses ports à des bateaux provenant d’Australie. Le gouvernement australien a donc des raisons de rechercher une meilleure protection, par des sous-marins à propulsion nucléaire et un renforcement de ses liens avec les Etats-Unis. Cependant Kevin Rudd estime que le gouvernement australien aurait dû alors procéder, notamment dans l’intérêt du contribuable australien, à un nouvel appel d’offres international pour la fourniture de ces sous-marins.

Des commissions d’enquête du Sénat et de l’Assemblée nationale sont en cours de constitution. Elles devront répondre aux questions suivantes :
  quelles sont les clauses d’acomptes et d’indemnités de résiliation prévues dans l’accord de 2019 ?
  s’il n’y en a pas, qui est responsable de leur absence ?
  pourquoi n’y a-t-il pas eu de « conversations ouvertes » avec nos alliés alors que le changement du mode de propulsion demandé par l’Australie était bien connu ?
  pourquoi la diplomatie française n’a-t-elle pas insisté pour que l’Australie réponde à la proposition de Naval Group de sous-marins à propulsion nucléaire et lance un appel d’offres international ?
  pourquoi le président de Naval Group ne poursuit-il pas son client en justice et pourquoi le gouvernement français ne lui demande-t-il pas de le faire ?
  quelles sanctions le gouvernement français doit-il prendre à l’égard des responsables de ce fiasco ?

Continuer la lecture :

Éric Zemmour, calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose …

Éric Zemmour, calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose …

Yves Buchsenschutz,
Présidentielle : Candidats portés par leur thème

Présidentielle : Candidats portés par leur thème

versus candidats cherchant un thème pour les porter

Claude Sicard,

Le problème de l’identité dans la course à l’ Elysée

Le problème de l’identité dans la course à l’ Elysée

Claude Sicard,
Abandonner le nucléaire ou comment augmenter le prix de l’électricité et le CO2

Abandonner le nucléaire ou comment augmenter le prix de l’électricité et le CO2

Bilan tarifaire

Yves Buchsenschutz,

Se déplacer à Paris, accessoirement en France

Se déplacer à Paris, accessoirement en France

Printemps 2031 : Dernière nouvelle !

Yves Buchsenschutz,
Au revoir Madame Merkel

Au revoir Madame Merkel

Yves Buchsenschutz,


Vos réactions à cet article (2)

Article intéressant (enfin !) mais bon ...

le 28 septembre, 17:37 par LB.

Enfin quelques infos un peu plus intéressantes sur le sujet, plutôt que de voir Le Drian s’affoler en boucle ... Mais ensuite, le travail des journalistes n’est-il pas d’aller chercher ce contrat, d’investiguer un peu plus ?
Et vous pourriez mettre un peu d’ironie dans l’excuse du bruit pour les sous-marins !
J’ai acheté un taille-haie électrique à 120 € pour cette même raison, je pense que l’armée australienne avait cet aspect des choses en tête ... Non, il y a des choses plus profondes, forcément.
Et finalement, pourquoi toujours conclure par attendre les sanctions du gvt ? Qu’est-ce que ça va apporter ? On se croirait dans une classe de ce2 où qqn a fait une bêtise et la seule chose qu’on attend c’est de savoir qui va être puni et comment !
Macron est un incompétent notoire, de toute manière, alors pourquoi ne pas chercher des solutions constructives et lui amener, plutôt d’espérer qu’il trouve tout seul un miracle dans sa colère de gosse ?

Se pose surtout la question du transfert de compétences.

le 28 septembre, 23:01 par BSR

Entre une France qui peine à enrichir son uranium et des États Unis qui font main basse sur une technologie australienne permettant une bien meilleure performance. La question du nucléaire en est une. Une autre serait de savoir si le France était prête à partager pour si peu d’argent d’autres compétences ... Par exemple, sur les profondeurs admissibles. En effet, comme l’avait impulsé Gustave Eiffel avec la souplesse des alliages, il est probable que nos sous-marins bénéficient d’une structure performante. Quid d’un espionnage industriel mené par les États-Unis ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies