La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF

&

Les pauvres, pigeons de la redistribution à la française - Partie 2
Où va l’argent ?

La redistribution, ce qui contribue à la lutte contre les inégalités, comporte pour les bénéficiaires de cette redistribution, deux termes : une redistribution en espèces dont nous avons montré dans le précédent article qu’elle était deux fois plus faible en France qu’au Royaume-Uni, une redistribution en nature, en fait des services gratuits que l’État distribue comme l’Éducation ou une partie de la Santé.

La redistribution en nature, nommée aussi « transferts sociaux en nature » est trois fois plus importante en montant que la redistribution monétaire.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Elle correspond à la somme :
 des dépenses de consommation finale individualisable des administrations (celles dont le consommateur effectif est identifiable)
 de l’ensemble de la dépense de consommation des institutions sans but lucratif au service des ménages[1]

Cette redistribution ne change pas grand-chose aux inégalités comme le montrent les montants calculés par l’INSEE. Le quintile le plus riche reçoit presqu’autant d’avantages en nature que le quintile le plus pauvre. On se demande même comment l’INSEE peut effectuer ses calculs car il n’y a guère de base concrète, seulement des estimations, par exemple le nombre d’enfants susceptibles d’aller à l’école. Mais le résultat est clair : ce ne sont pas les avantages en nature qui compensent l’insuffisance de la redistribution par les avantages en espèces.

France données 2009 en euros par équivalent adulte[2] Q1 Q2 Q3 Q4 Q5
Transferts sociaux en nature 6770 6010 5490 5160 5140
Lecture : Les 20% de Français les plus pauvres en équivalent adulte ont reçu 6.770 euros annuels de transferts sociaux en nature.
Source : France, portrait social, édition 2010

On reste cependant frappé par le fait que, si la redistribution en espèces est beaucoup plus faible en France qu’au Royaume-Uni, celle en nature est beaucoup plus importante.

En France comme au Royaume-Uni, les transferts sociaux en nature concernent pour l’essentiel la santé et l’éducation. Or, la France y consacre 18% de son PIB alors que le Royaume-Uni n’y consacre
que 12%[3]
. Et ces dépenses ne comprennent pas les dépenses de justice, défense, police, administration générale, etc. (car elles sont non individualisables).
En ce qui concerne la santé, une partie des dépenses des administrations de sécurité sociale sont des remboursements de dépenses d’origine privée (consultations, médicaments, etc.). Mais elles représentent à peine plus de 20%[4] des transferts en nature. Après déduction de celles-ci, il reste que 78% des transferts en nature servent à financer le secteur public.

Dans les transferts en nature, il n’y a transfert que s’il y a dépense, et en l’occurrence dépense par la fonction publique. Plus la fonction publique dépense, même inutilement, en éducation et santé, plus il y a de « transferts en nature ».

La conclusion apparaît alors clairement : la redistribution n’a pas pour objet de réduire les inégalités en augmentant le niveau de vie des plus pauvres, mais de justifier des prélèvements au profit de la fonction publique.

Continuer la lecture :

L’idée d’un revenu universel en France

L’idée d’un revenu universel en France

Bernard Biedermann,
Une allocation de revenu universelle ?

Une allocation de revenu universelle ?

Dominique Mercier,

Les fondations délivrent l’essentiel des services publics aux USA

Les fondations délivrent l’essentiel des services publics aux USA

Le financement par le don pousse à l’excellence, pas la subvention budgétaire de l’argent des autres

Bernard Zimmern,
Crédit Suisse .2. A l’appui des thèses de Mother Jones

Crédit Suisse .2. A l’appui des thèses de Mother Jones

Bernard Zimmern,

Les fantasmagories statistiques sur l’accroissement de richesse des « riches » américains

Les fantasmagories statistiques sur l’accroissement de richesse des « riches » américains

Bernard Zimmern & Valérie Pascale & Dominique Mercier,
Comment Obama encourage les Américains à travailler

Comment Obama encourage les Américains à travailler

Dominique Mercier,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies