Entreprises et Emplois marchands : Visions d’Entrepreneurs

par

Les élections et la magie des médias
On vit une époque formidable !

Entre les élections et l’Ukraine, nous allons de surprise en surprise en particulier par leur traitement par les médias qui est pour le moins surprenant, on pourrait même dire fantasmagorique.

Commençons par les élections présidentielles :
La période préélectorale a déjà été assez intéressante, irruption d’Éric Zemmour dans le jardin de Marine Le Pen, plutôt bien vu au début par les électeurs. Ils retrouvaient un certain nombre de thèmes particuliers à cette dernière, en particulier le problème de l’islamisation avec une différence de taille : Eric Zemmour apparaissait comme plus construit et plus sérieux que cette dernière qui se contentait le plus souvent d’un catalogue de mesures éparses. Mais au fil du temps, ce dernier a laissé apparaître des présupposés nettement plus excessifs, assez nationalistes pour ne pas dire régressifs qui ont probablement entraîné le retour de son électorat potentiel vers l’émetteur d’origine à savoir Marine Le Pen. Il est vrai qu’entre-temps cette dernière avait considérablement édulcoré son catalogue sur par exemple la Russie, l’Europe …. Voire l’avait positivé autour du pouvoir d’achat. Au passage il se transformait de plus en plus catalogue de vœux pieux non reliés, façon rêve éveillé.
Du même bord mais moins à droite nous assistions à une primaire raisonnable chez les LR laquelle fut, malheureusement pour eux, suivie d’un désenchantement, faute probablement d’une cohésion de la mêlée derrière la candidate choisie, laquelle d’ailleurs, pour finir n’a pas réussi son passage d’examen devant le peuple. La politique est probablement un métier dur mais l’élection présidentielle encore plus car elle demande une palette de qualités tout à fait exceptionnelle.
Côté gauche, déroute totale à l’exception de Monsieur Mélenchon qui, quoiqu’ayant un programme aussi utopique que Marine Le Pen, confirme une fois de plus ses exceptionnelles qualités de candidat dont on a d’ailleurs l’impression qu’il pourrait les mettre au service de n’importe quel programme : c’est devenu une espèce de bête de scène politique. Côté parti socialiste, anéantissement. Côté verts : décidément l’écologie punitive, même édulcorée, ne passe pas et pour cause.
Côté président sortant, quelques promesses habiles (redevance télé, mesure pouvoir d’achat, revalorisation des retraites…) et une France qui à la sortie de la COVID ne se porte pas trop mal, au moins en comparaison avec les autres malades. Des intentions plutôt qu’un programme, assez cohérentes, ont permis de gommer la réforme des retraites et ce que d’aucuns appellent « son arrogance » de premier de la classe qui semble lui avoir valu beaucoup de haines.

- Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Sortie du premier tour : on prend les mêmes et on recommence ! Nous assistions alors à un festival des médias, en particulier et y compris, des médias « publics » (TVs Radios etc. … qui va même déteindre sur la presse plus diverse habituellement) en faveur d’Emmanuel Macron ce qui ne laisse pas d’interroger sur la neutralité de ces derniers. L’ensemble de l’establishment, y compris étranger, semble atterré à l’idée qu’il puisse perdre. Il a pourtant terminé le premier tour avec une avance raisonnable et osons le dire avec quelque chose qui ressemble plus à un programme (ne serait-ce que continuer sa gestion du premier quinquennat) que le catalogue de rêves de M LP ou de JL M. La France moyenne, comme les élites, finit par jouer la sécurité.
Résultats du second tour : E M 58, M LP 42 ! 16 points d’avance. Il n’empêche, pendant une semaine, on nous explique que M LP a perdu les élections mais qu’elle a gagné le scrutin. Deuxième interprétation la France est cassée en deux : celle des rêves de gauche ou de droite, rurale, jeune, parfois anti immigration, parfois musulmane …. On pourrait aussi dire que les français, dont l’aisance augmente tout de même progressivement, glissent doucement vers le raisonnable c’est-à-dire vers le centre (« in medio stat virtu », comme disaient les romains). Dans tous les cas, ce n’est pas le résultat final de leur vote qui compte mais la somme des voix du premier tour ! On ne va tout de même pas donner satisfaction à 58 % des Français.
Encore plus original est ce qui s’est passé depuis. Puisque le message comme quoi M LP est la vraie gagnante n’a pas d’effet, on nous explique désormais que le vrai scrutin, ce sont les législatives. C’est d’ailleurs une interprétation possible de la constitution en particulier pour ceux qui ne supportent pas la cohabitation, à commencer par les politiques qui dans ce pays ne sont pas prêts à supporter des compromis. Pourtant depuis l’instauration du quinquennat et la coordination avec l’élection législative, les français ont toujours donné une majorité au président élu ! Sans compter que les cohabitations n’ont pas forcément été des périodes difficiles ou erratiques pour le peuple qui ne se préoccupe pas de politique chaque matin. Nous voici donc partis avec Monsieur Mélenchon comme premier ministre : il a eu 20 % des voix mais il aura 50 % des députés ! A voire ? Dans tous les cas nous repartons dans les rêves et le listing de promesses non coordonnées, cette fois-ci à gauche et de plus souvent contradictoires entre les différentes composantes de ce nouvel amalgame.
Sincèrement, on peut s’interroger sur la manière dont nous abordons ces problèmes et sur la manière dont les médias les traitent.
Parallèlement, on voit progressivement disparaître les « nouvelles ». France 2 le matin, ou TF1 dans la journée réussissent à concentrer l’actualité en moins de cinq minutes sport compris mais hors prévisions météorologiques qui, on ne sait pas très bien pourquoi, méritent toujours un traitement de faveur. Ensuite nous avons droit à des reportages : le meilleur restaurant, l’artisan le plus sympathique, le plus beau marché de France, le Béarn ancestral … que sais-je encore. L’actualité politique, pourtant chargée ces derniers jours, aussi bien que l’Ukraine, qui ne doit probablement intéresser personne est bradée en sans vergogne. C’est par la radio ce matin que j’ai fini par apprendre qu’Odessa était de nouveau bombardé, ce qui signifie tout de même que les Russes n’ont pas l’intention de s’arrêter à la conquête du Donbass et que la guerre risque de durer et de ce fait de s’étendre.. Aucune mention de Marioupol, victoire ( ?) revendiquée de Monsieur Poutine. Quelques mots parfois sur l’inflation voire sur certaine « pénuries » mais absolument aucune allusion au fait que la guerre russo-ukrainienne a achevé de dynamiter le système économique mondial et risque de provoquer, outre une inflation erratique, des difficultés pour tous, voire des famines dans des pays comme l’Égypte ou la Tunisie. Et ceci à très court terme.
Il paraît que nous avons les médias que nous méritons. Tout de même, s’il est vrai qu’un canal d’information est par construction écartelé entre augmenter son audience et donc fournir une information plaisante et informer correctement, ce qui est sa vocation première, et que ceci est parfois contradictoire, il semble que nous soyons passés de l’autre côté du cheval. Nous finissons par fabriquer des citoyens stupides manipulés à longueur de temps.
La machine à décerveler du père Ubu fonctionne à plein régime. Voici la prévision à date de l’institut OPINIONWAY, institut de sondage traditionnel publiée par les Echos, qui se trompe peut-être : quoi de neuf sous le soleil ?

Dernières nouvelles : les dernières prévisions du score de NUPES serait tout bonnement l’addition des performances des partis qui la composent au premier tour à savoir : PS + EELV + LFI = 2 + 4 + 22 = 28 % des voix ! Quoiqu’additionnant des carpes et des lapins, elle se porte probablement mieux que la droite qui erre entre RN, Renaissance et LR mais de là à crier victoire et revendiquer le poste de premier ministre, il y a une marge !
Tout de même n’oubliez pas d’aller voter ! les peuples qui n’ont pas ou seulement un droit atrophié s’en mordent les doigts. (Russie, Liban, Chine, Cuba, Afghanistan, Venezuela etc. … la liste est longue)

Continuer la lecture :

Au service du public

Au service du public

Du bon sens dans l'administration !

Pouyanné, Total, Mbappé, le Qatar, l’Etat français et les amateurs de foot

Pouyanné, Total, Mbappé, le Qatar, l’Etat français et les amateurs de foot


Faut-il (en)fermer Sandrine ROUSSEAU et Philippe MARTINEZ ?

Faut-il (en)fermer Sandrine ROUSSEAU et Philippe MARTINEZ ?

Les errements du Service au Public

Les errements du Service au Public

Gribouille a encore frappé


Crise de l’énergie en France et en Europe :

Crise de l’énergie en France et en Europe :

Etude sur les causes, conséquences et pistes de solutions

14 solutions pour une croissance verte et réaliste

14 solutions pour une croissance verte et réaliste

par Philippe Charlez



Vos réactions à cet article (4) :

Les élections et la magie des médias

le 16 mai, 10:43 par Jean-Claude STREICHER

oui, les massen merdien s’inventent un récit pro-ukrainien pour anté- et post-justifier la victoire de l’Ukraine à l’Eurovision de la chansonnette LGBT

Les élections et la magie des médias

le 16 mai, 11:13 par Montenay

Bravo à Yves Buchsenschutz pour son message très clair, contrairement aux analyses alambiquées de la plupart des médias.

Pour l’Ukraine, je rajoute qu’autour de moi la sympathie est générale, mais que l’on aime pas trop en parler ni que ce soit évoqué par les médias, car « ça fait peur ». C’est évidemment regrettable, car très lié à l’inflation et au pouvoir d’achat, pour lequel on attend un coup de baguette magique du gouvernement !

Voir mon article du 22 mars, largement confirmé depuis : https://www.yvesmontenay.fr/2022/03 ...

Les élections et la magie des médias

le 16 mai, 13:35 par Régis GLORIEUX

Nous savons depuis longtemps que médias et politiques sont consanguins (au sens premier du terme).
A part le leitmotiv du pouvoir d’achat traité uniquement sous l’aspect "les petites gens n’y arrivent plus" (et c’est effectivement vrai) et "on rase gratis grâce à l’Etat qui va faire payer les riches", tout le reste et donc l’essentiel est occulté. On débat sur la distribution d’une richesse que nous n’avons plus et qui risque fort, hélas, de continuer à s’amoindrir.
Mais comment créer davantage de valeur (et pouvoir ainsi non pas mieux la répartir mais surtout en faire bénéficier tout le monde et les "petites gens" en premier), la très grande majorité des médias et des politiques ne savent apparemment même pas ce que cela signifie.

Les élections d’abracadabra

le 30 mai, 15:49 par zelectron

en regardant le tableau de la future assemblée nationale on en déduit que pour les 5 prochaines année nous allons continuer victorieusement vers la défaite . . .


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Retrouver cet article sur le Web :
https://www.irdeme.org/1654
Flashcode 2 url
FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :