La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

par

Le programme de Valérie Pécresse est à compléter

« Projet contre projet » a déclaré Bruno Le Maire. Il a sans doute raison. Le choix des Français en avril 2022 sera largement déterminé par leur opinion sur les projets des candidats, c’est-à-dire sur la crédibilité et la qualité de ces projets, et en particulier sur leur précision.

Valérie Pécresse a été très précise sur certains de ses projets, et très vague sur d’autres.
Pour le contrôle de l’immigration, elle a tenu compte de l’avis de son directeur de campagne, Patrick Stefanini, dont la compétence dans ce domaine n’est pas contestée. Dans son livre « Ces réalités qu’on nous cache » il proposait des mesures précises, que Valérie Pécresse a inscrites à son programme : quotas d’immigrés par métier et par pays ; expulsion rapide des étrangers sortant de prison et des mineurs condamnés ; demandes d’asile déposées à l’étranger et, sinon, rétention des demandeurs dans des centres fermés ; pas de visas pour les citoyens de pays qui refusent de reprendre leurs compatriotes expulsés de France ; cinq ans de résidence pour l’octroi de prestations sociales ; AME réservée aux cas d’urgence et de contagion ; contrôle des « déclarations anticipées » de nationalité à 18 ans (ce qui réduirait sensiblement notre « droit du sol ») ; délais de jugement réduits à six mois (y compris pour tous les « délits quotidiens ») ; construction de 20.000 places de prison ; plafond de 30 % de logements sociaux par quartier.
Elle n’a pas repris certaines propositions de Patrick Stefanini : dénonciation des accords passés avec les pays du Maghreb, dont les ressortissants bénéficient d’avantages injustifiés ; réduction de nos aides aux pays qui refusent leurs citoyens expulsés de France ; contrôle des mariages célébrés à l’étranger ; impôt sur les transferts financiers à l’étranger ; examen de français pour l’octroi de l’asile et les naturalisations ; droit d’asile limité à la résidence dans une seule commune.
Mais elle a ajouté trois mesures importantes : le crime d’« intelligence avec l’ennemi » pour ceux qui consultent régulièrement des sites djihadistes ; des peines plus fortes pour les condamnés des 62 « zones de reconquête républicaine » (les zones de non-droit) ; le paiement par les condamnés du coût des jours de prison.
En matière économique, certains de ses projets sont précis : augmentation des salaires nets de 10 % par réduction des cotisations sociales salariales (jusqu’à un salaire net de 3.000 € par mois) ; allocations familiales de 900 € par an à partir du premier enfant ; exemption fiscale tous les six ans pour les dons familiaux de moins de 100.000 €.
D’autres projets mériteraient d’être précisés : dégressivité des allocations-chômage après six mois (de combien ?) ; retraite à 65 ans (dans quels délais ?) ; baisse de 200.000 des effectifs de fonctionnaires (dans quels délais et quelles administrations ?) ; baisse des dépenses publiques annuelles de 45 milliards (idem) ; privatisations de 15 milliards (lesquelles ? dans quels délais ?) ; « fin des 35 heures » (suppression de la durée légale de 35 heures ? Quid des fonctionnaires ?) ; « baisses des impôts » (lesquels ? de combien ?) ; « comité de la hache » de la simplification administrative (composition ? délais ? instructions ?). Sa « taxe carbone », impossible à définir précisément, est heureusement des plus vagues.
La campagne électorale ne fait que commencer.
Il est normal qu’à ce stade toutes les précisions n’aient pas été données.
Elles sont donc à venir.

- Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Continuer la lecture :

Crise de l’énergie en France et en Europe :

Crise de l’énergie en France et en Europe :

Etude sur les causes, conséquences et pistes de solutions

14 solutions pour une croissance verte et réaliste

14 solutions pour une croissance verte et réaliste

par Philippe Charlez


Le Titanic européen, ses passagers clandestins et ses profiteurs

Le Titanic européen, ses passagers clandestins et ses profiteurs

Comment juguler l’inflation ?

Comment juguler l’inflation ?


Faut-il vraiment revaloriser le pouvoir d’achat des Français ?

Faut-il vraiment revaloriser le pouvoir d’achat des Français ?

Pistes de travail pour un gouvernement par projets

Pistes de travail pour un gouvernement par projets



Vos réactions à cet article (1) :

Urgence la ré-industrialisation et son corollaire la disponibilité de l’énergie : Le programme de Valérie Pécresse est à compléter

le 30 janvier, 18:56 par Claude RENOULT

La ré-industrialisation de la France est une urgence, il ne s’agit pas seulement de multiplier le nombre de licornes mais de restaurer l’industrie depuis ses fondations, c’est à dire l’Industrie de base qui fournit les matières premières à toute la chaîne industrielle.

Pour construire des avions il faut de l’aluminium

Pour produire des vaccins, il faut certes les inventer, mais il faut aussi des molécules de base qui sont issues de la chimie lourde. Accessoirement il faut aussi du verre pour les mettre en flacons.

La production de l’aluminium nécessite beaucoup d’énergie (de l’électricité), produire du verre aussi, isoler des molécules de base aussi …

La ré-industrialisation est directement liée à la disponibilité de l’énergie.

Le volet ré-industrialisation/énergie doit être approfondi et constituer un des fondements du programme du candidat qui me convaincra.


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Retrouver cet article sur le Web :
https://www.irdeme.org/1586
Flashcode 2 url
FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :