La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


La décolonisation selon France 2
Lettre à Madame Roselyne Bachelot, Ministre de la Culture

Lettre de claude sicard auteur de "Le face à face islam-chrétienté : Quel destin pour l’Europe ?" à Madame Roselyne Bachelot

Madame la Ministre,
Je voudrais me permettre d’attirer votre attention sur la scandaleuse émission de France 2 diffusée à une heure de grande écoute, le 6 octobre dernier, intitulée «  décolonisations, du sang et des larmes ».

Il s’est agi d’un documentaire à thèse, indigne de la grande chaine de service public qui fonctionne sous votre autorité, en ce sens que la présentation qui a été faite de ce qu’a été l’action de la France dans ces territoires que nous avions au XIXe siècle entrepris de placer sous notre autorité, jette l’opprobre sur notre pays. La façon dont la colonisation française a été présentée ne peut qu’induire de la part des populations issues de nos anciennes colonies qui viennent s’installer aujourd’hui dans notre pays des sentiments de haine à notre égard, ce qui n’est évidemment pas de nature à faciliter leur intégration dans notre société. On ne comprend donc pas comment une chaine publique peut agir avec aussi peu de sens de ses responsabilités.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Il s’est agi, tout au cours de cette émission, de noircir à volonté le passé colonial de la France, sans que jamais, à aucun moment, il n’ait été fait la moindre mention de l’œuvre accomplie par nos aïeux dans tous ces pays, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Tout au cours du documentaire il nous a été asséné que les colonisateurs que nous étions « exploitaient plus qu’ils ne mettaient en valeur », qu’ils « asservissaient plus qu’ils ne civilisaient », et que l’administration coloniale avait eu, partout et constamment, recours au travail forcé. On nous a chanté les louanges du film « Afrique 50 » réalisé par un communiste, un film on ne peut plus anticolonial qui a été interdit en France pendant plus de 40 ans et dont l’auteur, René Vautier, a été condamné à plusieurs mois de prison. Et on nous a expliqué que les infrastructures que nous mettions en place pour extraire ces pays de leur grave sous-développement étaient réalisées uniquement pour servir les intérêts de la métropole. On nous a montré de pauvres opprimés, victimes dans leur jeune âge d’avoir été contraints d’apprendre le français et que l’on avait obligés d’adopter notre civilisation : en somme, un asservissement tout à fait blâmable. En Asie, en Afrique, nos militaires se sont comportés comme des nazis, et une comparaison a même été faite avec Oradour sur Glane. On s’est ingénié à nous démontrer que ce pays qui est le nôtre a l’audace de s’enorgueillir hypocritement d’être la patrie des droits de l’homme alors qu’il n’a fait, dans tous ces pays, que « combattre la liberté ».

Il est désolant que rien n’ait été dit de tous les aspects positifs de notre action dans ces pays et il eut été utile de rappeler le sentiment qu’avaient tous les jeunes de notre pays qui s’engageaient avec fougue dans l’aventure coloniale de participer à une œuvre utile. On a volontairement oublié de citer les déclarations faites par Jules Ferry à l’Assemblée nationale, dans la séance parlementaire du 28 Juillet 1885. Le débat portait sur l’utilité pour notre pays d’avoir des colonies, ce à quoi Clemenceau s’opposait par souci d’économie, et c’est à cette occasion que Jules Ferry, ce fervent républicain laïque fit sa fameuse déclaration : « Il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles, de civiliser les races inférieures ». Il rappela à ses collègues que nous sommes allés à Alger « pour détruire la piraterie et assurer la liberté du commerce en Méditerranée », et, répondant au député Vernhes, il dit à propos de nos engagements en Afrique noire : « Est-ce que notre premier devoir n’est pas de combattre la traite des nègres, cet horrible trafic, et l’esclavage, cette infamie ? ».

On doit donc s’interroger : quelle était l’objectif d’un tel documentaire ? La France se trouve, aujourd’hui, confrontée au problème de savoir comment il convient de se comporter pour intégrer correctement dans la société tous ces nouveaux arrivants qui, pour un certain nombre d’entre eux, sont animés de vifs ressentiments à l’égard de notre pays. Les psychologues nous disent que le ressentiment induit de la haine, et celle-ci impulse un désir de vengeance. Les autorités du pays ne savent pas comment s’y prendre : on a imaginé que l’on se concilierait la sympathie de tous ces nouveaux arrivants en manifestant à leur égard de l’empathie : certes, mais la description qui a été faite dans cette émission de France Télévision de ce qu’a été notre comportement dans nos colonies, ne peut qu’attiser les rancœurs et valider les ressentiments de toutes ces personnes qui s’installent maintenant dans notre pays. Ces candidats à l’obtention de la nationalité française se trouvent grâce à ce type d’émission validés dans leurs sentiments d’hostilité à l’égard de notre pays. On ne comprend donc pas, Madame la Ministre, comment une chaine publique peut s’adonner à un travail aussi destructeur.

En espérant que vous partagerez notre point de vue au moment où notre gouvernement déploie tous les efforts possibles pour bien intégrer dans notre société tous ces ressortissants de nos anciennes colonies qui viennent s’installer chez nous, je vous prie de bien vouloir agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma haute considération.

Claude Sicard
Auteur de « Le face à face islam chrétienté : quel destin pour l’Europe ? », et « L’islam au risque de la démocratie : préface de Malek Chebel » (Ed. François Xavier de Guibert)

Continuer la lecture :

Au revoir Madame Merkel

Au revoir Madame Merkel

Yves Buchsenschutz,
Drôle de pays que l’Afghanistan

Drôle de pays que l’Afghanistan

Yves Buchsenschutz,

Entrée de Joséphine Baker au Panthéon

Entrée de Joséphine Baker au Panthéon

« Aux grands hommes la patrie reconnaissante »

Claude Sicard,
Pour une émigration de proximité

Pour une émigration de proximité

Yves Buchsenschutz,

Election présidentielle : élire un leader pour la nation, ou un simple Premier ministre ?

Election présidentielle : élire un leader pour la nation, ou un simple Premier ministre ?

Claude Sicard,
Les réformes de l’année : le grand trompe-l’œil

Les réformes de l’année : le grand trompe-l’œil

Yves Buchsenschutz,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages (4)

Bref commentaire sur la lettre ouverte

le 15 octobre 2020, 15:23 par Peyo

Sans nul doute ce reportage était essentiellement à charge. N’étant pas historien je ne me permettrai pas de juger. Il a probablement occulté bien des aspects positifs de la colonisation. Il a eu au moins le mérite d’en rappeler quelques aspects peu glorieux : par exemple la sanglante répression de 1947 des Malgaches qui s’insurgeaient contre le travail forcé. Bien peu en France en ont entendu parler.

Je suis d’accord : sur ces questions il eût fallu un débat contradictoire. Mais est-ce possible dans le climat général d’intolérance actuelle, où chacun, sous peine d’être disqualifié, voire discrédité, est enjoint à adopter sans réserve telle ou telle posture.
Ce qui m’inquiète aussi c’est le fait que l’auteur de cette diatribe en forme de lettre ouverte semble, aujourd’hui encore, adopter le point de vue de Jules Ferry sur les soi-disant « races supérieures » et « races inférieures ». J’espère me tromper, avoir mal lu.
Sinon là serait le vrai scandale.

Colonisation

le 15 octobre 2020, 18:10 par Badin

J’apprécie les termes de la lettre de Claude Sicard à Mme Bachelot. La critique qui est faite à une chaine de propagande d’état alors que celle-ci reprend, dans le sujet qui nous intéresse, les termes d’un discours de Macron en Algérie me semble hors de propos. Évidemment la pensée transmise par cette chaine est celle du locataire de l’Élysée ! Comment voulez-vous qu’il en soit autrement ? Cet individu est un réel danger pour nous tous. La dernière décision qu’il a prise sur le sujet : nommer Stora comme responsable de notre histoire commune (officielle) avec l’Algérie est évidemment un coup de poignard dans le dos pour tous ceux qui, depuis 1830, ont travaillé à mettre en valeur l’Algérie ! C’est bien évidemment encore une fois une décision qui va renforcer cette opinion ancrée dans la tête de quelques ignorants parmi les immigrés que nous sommes des salauds et qui va sûrement calmer les citées déjà si respectueuses des décisions gouvernementales !


 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies