La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Fessenheim, un Ecocide à 5 Milliards d’Euros

En l’honneur d’un Ecocide à 5 Milliards d’€, EPLF vous offre le LACRIMOSA du Requiem de Mozart, interprété par Karajan, en souvenir de la fermeture anticipée de la CENTRALE de FESSENHEIM.

"Elle ne demandait rien à personne, simplement à remplir benoîtement, jour après jour, sa fonction économique et sociale, à savoir fournir de l’énergie pour que les hommes vivent...". Faites-vous plaisir : cela dure quelques minutes, comme d’autres évènements récents, c’est très beau et plus humain.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Continuer la lecture :

Lettre ouverte aux migrants et à mes petits-enfants

Lettre ouverte aux migrants et à mes petits-enfants

La question de l'intégration

Yves Buchsenschutz,
Simplifions-nous la vie !

Simplifions-nous la vie !

De Gaspard Koenig et Nicolas Gardères

Yves Buchsenschutz,

Crise de l'énergie : Passerons-nous l’hiver ?

Crise de l'énergie : Passerons-nous l’hiver ?

Situation de la production électrique au 12 novembre

Yves Buchsenschutz,
Comment bâtir un nouveau partenariat euro-africain

Comment bâtir un nouveau partenariat euro-africain

Claude Sicard,

Greta Thunberg demande la réhabilitation du nucléaire

Greta Thunberg demande la réhabilitation du nucléaire

Yves Buchsenschutz,
De la maîtrise à l'efficacité, quel optimum énergétique ?

De la maîtrise à l'efficacité, quel optimum énergétique ?

Yves Buchsenschutz,


Vos réactions à cet article (2)

Une merveille !

le 2 juillet 2020, 10:12 par zelectron

Le contraste est saisissant : la perfection musicale à comparer à la destruction des outils énergétiques par une fraction (faction) d’inconscients qui tiennent les manettes d’un pouvoir dévoyé

L’incompréhension

le 2 juillet 2020, 10:15 par Gérard Dosogne

C’était donc hier le débranchement de la centrale nucléaire de Fessenheim. Une date d’autant plus remarquable qu’elle correspond (à 15 jours près) à la publication d’une note de l’Agence internationale de l’énergie sur "une croissance durable" post-Covid, qui s’inquiète explicitement de "la fermeture anticipée de centrales (…) nucléaires (qui) menace des milliers d’emplois et pourrait entraver l’atténuation des changements climatiques".

Selon la Société française d’énergie nucléaire (SFEN), cette mise à l’arrêt va entraîner des émissions additionnelles de l’ordre de 10M de tonnes de CO2 par an (l’électricité produite par Fessenheim étant remplacée par une électricité d’origine largement fossile et donc bien plus émettrice de CO2) — un chiffre qui équivaut quand-même au total des émissions annuelles de l’agriculture française…

Bien sûr, les estimations de la SFEN sont contestées par les partisans de la fermeture de la centrale, mais rappelons tout de même que Fessenheim est la première centrale dite de "deuxième génération" à être démontée… ces mêmes centrales qui permettent aujourd’hui que, en moyenne, un Français produise 4,5t de CO2 liées à l’énergie/an vs 5,5 pour le UK, l’Italie et l’Espagne, et 9 pour l’Allemagne. Ce chiffre-là n’étant contesté par personne.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies