Institut de Recherche pour la démographie des entreprises

www.irdeme.org > Etudes > Entreprises américaines 5 fois plus dynamiques que les françaises

Entreprises américaines 5 fois plus dynamiques que les françaises


mardi 9 juillet 2013, par Irina Kalmykova

Bien que la reprise économique semble être au rendez-vous dans la plupart des pays, le problème reste la création d’emplois. Les entreprises existantes sont incapables de produire suffisamment de nouveaux emplois, car le rapport entre les embauches et les licenciements est souvent proche de zéro. La véritable source de création d’emplois est représentée par les jeunes entreprises et notamment celles à forte croissance, les gazelles.

L’économie américaine a connu des accroissements d’emplois massifs au cours des trente dernières années, grâce au rythme soutenu de l’apparition de nouvelles entreprises.

Dans nos articles précédents, nous avons déjà évoqué l’importance des gazelles dans la création d’emplois. Malgré leur petit nombre, ces jeunes entreprises représentent une part disproportionnée des nouveaux emplois créés dans l’économie.

Notre étude comparative des gazelles en France et au Royaume-Uni montrait que les Britanniques sont bien meilleurs pour détecter et développer les gazelles. Les gazelles anglaises sont deux fois plus nombreuses que les gazelles françaises (3.000 contre 1.500) et produisent dans une période de 3 ans quatre fois plus d’emplois (200.000 contre 55.000).

Pour les États-Unis, les statistiques disponibles ne sont pas directement comparables avec celles de la France, parce qu’elles ne suivent pas la définition stricte de l’OCDE [1] pour identifier les gazelles. Au lieu de cela, elles s’intéressent aux entreprises les plus efficaces et les plus performantes en terme de création d’emplois.

À la demande de la Kauffman Foundation [2], le Census Bureau a fourni des dépouillements à partir de la base des statistiques dynamiques des entreprises. Ils ont identifié 1% et 5% des entreprises à la croissance la plus rapide en termes de création d’emploi. Les résultats de cette étude ont été spectaculaires.

Seulement 1% des entreprises (55.000) – celles qui croissent le plus rapidement – génèrent environ 40% de tous les nouveaux emplois pour une année donnée. La plupart d’entre elles, sans surprise, sont jeunes. Les jeunes entreprises avec la croissance la plus rapide, âgées de trois à cinq ans, représentent 0,8% de l’ensemble des entreprises de l’économie (42.000), mais elles produisent 10% des nouveaux emplois chaque année. Les autres 0,2%, soit 13.000 entreprises, ont fourni 30% des nouveaux emplois. Elles sont plus anciennes, donc plus importantes au niveau de la taille, et une forte croissance se traduit par beaucoup plus d’emplois que dans les entreprises jeunes.

En outre, 5% des entreprises avec la plus forte croissance créent deux tiers des nouveaux emplois pour une année donnée.

En 2007, l’économie américaine contenait 5,5 millions d’entreprises. Toutes ses entreprises produisent près de 12,1 millions de nouveaux emplois chaque année.

Ainsi, le nombre d’emplois créés par le 1% des entreprises américaines les plus dynamiques, soit par 55.000 entreprises, est de 4,8 millions [3] par année. Nous savons que la plupart de ces entreprises sont jeunes. Au départ elles sont plutôt petites, mais en ajoutant rapidement des emplois, elles atteignent une taille un peu plus grande. L’entreprise moyenne dans ce 1% contribue à créer 88 emplois par année.

En outre, 5% des entreprises américaines avec la plus forte croissance, soit 273.000 entreprises, créent environ 8 millions nouveaux emplois, soit près des deux tiers de tous les nouveaux emplois dans l’économie.

À la demande de l’IRDEME, l’étude comparable faite par le pH Group pour la France permettait d’identifier les entreprises françaises les plus dynamiques en termes de création d’emplois. Le 1% des entreprises françaises avec la plus forte croissance incluait 1.125 entreprises et a créé environ 150.000 nouveaux emplois en 2007. Les 5% des entreprises avec la plus forte croissance, soit 5.739 entreprises, créaient près de 300.000 emplois.

De ce fait, les entreprises avec la plus forte croissance aux États-Unis produisent environ 30 fois plus d’emplois que les entreprises en France [4]. À population comparable, cela fait entre 5 et 6 fois plus d’emplois créés par les entreprises américaines que par les entreprises françaises [5]. Nous pouvons également remarquer que les entreprises américaines sont 50 fois plus nombreuses que les entreprises françaises, soit 10 fois à population comparable. Étant également plus dynamiques, elles assurent la reprise plus visible de l’économie américaine.

Notes

[1Les entreprises de moins de 5 ans d’âge au moment où elles vont enregistrer sur une période 3 ans une expansion en effectifs de plus de 72% (20% par an, trois années de suite).

[2Stangler, D. « High-Growth Firms and the Future of the American Economy », Kauffman Foundation, 2010.

[312,1 millions x 40% =4,84 millions des nouveaux emplois créés chaque année par le 1% des entreprises.

[4Pour le 1% des entreprises, 4,8 millions / 150.000 = 32 fois plus de nouveaux emplois sont créés aux Etats-Unis qu’en France. Pour les 5% des entreprises, ce ratio est de 8 millions / 300.000 = 27.

[5À population comparable, le 1% des entreprises aux États-Unis crée 4,8 millions / 5 = 960.000 emplois contre 150.000 emplois en France. Pour les 5%, 8 millions / 5 = 1,6 million emplois sont produits par les entreprises américaines contre 300.000 emplois par les entreprises françaises.



 
Plan du site |