La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Emmanuel Macron, Inspecteur des Finances

Très curieusement la saga/communication du nouveau président gomme soigneusement son titre si envié d’inspecteur des finances. Comme si être banquier d’affaires chez Rothschild, assistant de Paul Ricoeur ou acteur de théâtre amateur sous la tutelle de "Brigitte", avait été plus important dans l’ascension remarquable d’Emmanuel Macron. On reconnaît bien dans cette discrétion l’entre-soi des élites françaises, facteur si important de l’impopularité des dirigeants politiques et subséquemment de la fièvre populiste.

Un rappel s’impose. Les premiers au classement de sortie de l’ENA choisissent le plus souvent d’entrer dans le corps de l’Inspection des Finances. Tout comme les premiers du classement de sortie de l’Ecole Polytechnique optent pour le Corps des Mines. Ces deux corps rivalisent toujours pour prendre les postes de hauts dirigeants dans le monde des affaires quand ils sont pourvus sur décision ou sous influence du gouvernement. Moins de 20 personnes par an pour les 2 clans. Entrer dans ces clubs si restreints permet d’être crédible pour les postes les plus élevés et d’en connaître personnellement tous les autres membres.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Cette élite - dite républicaine, puisqu’elle est sélectionnée sur concours - est suivie de près par ceux qui la côtoient et s’irritent souvent des prérogatives qu’elle s’arroge. L’attention du public est plus rare. Il faut des grands succès ou de grands échecs pour attirer le regard sur elle.

Ghislaine Ottenheimer, excellente journaliste, avait consacré à "l’Inspection" une enquête sans ménagement (Les intouchables - Albin Michel). C’était en 2004 après une série de catastrophes financières dans des entreprises dirigées par des Inspecteurs : Vivendi, Crédit Lyonnais, France Télécom, Elf, Alstom, Cerus, etc. Elle attribuait pour partie ces échecs à des comportements acquis au sein de l’Inspection, et en particulier un excès de confiance en soi d’où découlaient la sous-estimation des risques, la difficulté à réviser des projets même après les premières mauvaises nouvelles, ainsi que le mépris des avis des collaborateurs non Inspecteurs lorsqu’ils empiétaient sur le rôle des décideurs Inspecteurs.

On n’est pas impunément choisi comme le meilleur à la fin de ses études. Surtout avant toute expérience professionnelle. Avec la circonstance aggravante que ce classement sera en France déterminant tout au long de la vie ! Et pourra vous porter à la tête d’entreprises concurrencées par des équipes d’experts, pas aussi généralistes que vous, mais autrement pointus.

Votre serviteur a eu le privilège d’être "dirigé" ou contrôlé par un ou des Inspecteurs à de multiples reprises. Cela ne lui a valu aucune catastrophe, Dieu merci. Mais il a pu retrouver, dans la vie, des échos du livre de Ghislaine Ottenheimer et des comportements dangereux qu’elle répertoriait. Parfois - derrière les postures apprises - une personnalité sympathique transparaissait… ou bien l’apprenti sorcier comme ceux qu’elle a dénoncés. Mais jamais l’entrepreneur.

Bof ! penserez-vous. Macron n’est pas entrepreneur… il est bien plus que cela ! Un peu trop d’ambition est bienvenu après Hollande. Déjà le président sait corriger des maladresses de langage : il semble qu’on ramène à de justes proportions l’emphase de "la moralisation" de la vie publique. Comme ministre, il avait su mettre la main dans le cambouis et faire voter une loi assez complexe, voire touche-à-tout (comme un rapport de Jacques Attali...). Il s’est entouré de ministres plus compétents que d’habitude. Il dit qu’il va laisser le gouvernement manœuvrer sans télécommande de l’Élysée. Vos craintes, vos préventions, ne sont pas justifiées !

Je souhaite bien sûr que vous ayez raison et que l’Inspection des Finances n’ait été que le marchepied pour un président qui saura aider une équipe talentueuse à mener à bonne fin des projets étudiés collectivement et dont le déroulement sera suivi attentivement par leurs responsables. Comme par nous !

Continuer la lecture :

À quoi servent nos impôts !

À quoi servent nos impôts !

Yves Buchsenschutz,
Le dur combat du progrès scientifique contre la nostalgie

Le dur combat du progrès scientifique contre la nostalgie

Yves Buchsenschutz,

Les Ecolos nous mentent !

Les Ecolos nous mentent !

de Jean de Kervasdoué

Alain Mathieu,
Le-droit-de-l'hommisme occidental est-il un néocolonialisme qui ne dit pas son nom ?

Le-droit-de-l'hommisme occidental est-il un néocolonialisme qui ne dit pas son nom ?

En commentaire d’un article d’Éric Zemmour.

Yves Buchsenschutz,

Ecocide, principe de précaution : l’avènement des lois statiques

Ecocide, principe de précaution : l’avènement des lois statiques

Yves Buchsenschutz,
Selon un sondage OpinionWay ...

Selon un sondage OpinionWay ...

Fabrice Houzé,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages (1)

Emmanuel Macron, Inspecteur des Finances

le 25 juin 2017, 10:20 par emmanuel

Depuis des dizaines d’années et des dizaines exemples catastrophiques nous savons pertinemment qu’il ne peut rien sortir de bon de l’ENA...


 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies