La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Elon Musk

90% des milliardaires américains avaient des grands-parents pauvres ou sans fortune et sont devenus milliardaires en créant des entreprises. Ils ne sont pas devenus milliardaires seulement pour eux-mêmes, ils ont aussi enrichi leurs concitoyens en créant des milliers d’emplois.

Exemple : Elon Musk, 42 ans, émigré d’Afrique du Sud, CEO de Tesla créée il y a 5 ans, dont la capitalisation boursière est déjà double de celle de Peugeot : 3.000 employés dans Tesla, pas en Chine, mais à Los Angelès. Un investissement de 5 milliards en cours pour une « gigafactory » aux USA de batteries au lithium. Il dirige aussi X-Space qui a réussi à construire des fusées-navettes pour la station orbitale internationale, ce qui interpelle Ariane Espace, et il construit une base de lancement spatial au Texas, sur le Golfe du Mexique.

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Elon Musk est né en Afrique du Sud d’un père sud-africain et d’une mère canadienne qui ont divorcé. À 12 ans, il vendait 500 dollars un jeu internet qu’il avait inventé. Il partait au Canada à 17 ans, faisait des études modestes qu’il arrêta pour lancer d’abord ZIP2, un site internet qu’il revendit à Compaq pour 300 millions de dollars. Il réinvestit cette somme avec d’autres jeunes de son âge, Peter Thiel et Marc Levchin, comme lui des immigrés, dans un site qui deviendra Paypal, revendu à eBay (création d’un autre immigré, cette fois d’origine française, Pierre Omidyar) pour 1,5 milliard de dollars, pour les réinvestir dans Tesla, un fabricant de voitures électriques de Los Angelès, et dans X-Space qui vient d’obtenir de la NASA le contrat d’approvisionnement de la station spatiale internationale (au moins 3,4 milliards de dollars) avec un lanceur, le Falcon 9 qui coûterait deux fois moins cher au kilogramme transporté que les fusées Ariane.

Le même Musk est le Chief technical officer et CEO de Tesla, la firme californienne qui fait un malheur avec une voiture électrique capable de rouler 500 km sans recharge (contre 150 pour la plupart des autres véhicules électriques comme la Leaf de Nissan-Renault) en utilisant 7.000 batteries d’ordinateur par voiture, batteries déjà produites en grande série et qui seraient à 250 $/kWh contre 400 $/kWh pour les batteries spécialisées pour voitures (The Economist). La consommation en nombre de batteries de Tesla pour ses automobiles serait déjà égale à celle de tous les fabricants d’ordinateurs. Tesla vend déjà son train moteur à Mercédès. Et Tesla, 5 ans après sa création, est valorisé autour de 17 milliards de dollars contre 9 pour Peugeot, et emploie déjà 3.000 salariés en Californie.

Tesla serait en train d’installer en France 25 bornes de rechargement rapide (30 minutes) permettant aux possesseurs de Tesla de se trouver toujours à moins de 400 kilomètres d’une borne.

La production a largement dépassé 10.000 voitures par an.

Musk vient d’annoncer que les brevets de Tesla sont utilisables gratuitement, vraisemblablement pour généraliser la borne de rechargement et en faire un standard.

Le dessin de la voiture, très élégant, s’articule autour d’un châssis sur lequel repose la carrosserie ; il est fait de 2 plaques en aluminium tenues par des vis (permettant le démontage et le changement rapide des batteries) et entre lesquelles seraient installées les 7.000 batteries, toutes équipées de fusibles ; ce châssis porte à l’arrière le groupe propulseur avec onduleur (transformant le courant continu des batteries en courant alternatif à fréquence variable pour faire varier la vitesse), un moteur électrique capable de développer 410 chevaux d’un peu plus d’une vingtaine de centimètres de diamètre extérieur et d’un différentiel.

C’est ce qu’est en train de faire Elon Musk ; c’est aux USA, pas en Chine ou aux Indes, qu’il est en train de chercher le site pour construire avec Panasonic une usine de batteries en vue d’abaisser le coût de moitié, avec un investissement de 5 milliards.
C’est sur la côte du golfe du Mexique, dans le sud du Texas, qu’il est en train de construire une nouvelle base spatiale pour le lancement de satellites.

UNE VUE DU CHASSIS

Continuer la lecture :

Réindustrialiser l’économie Française

Réindustrialiser l’économie Française

Bernard Biedermann,
Industrialisation : l'entreprise agile

Industrialisation : l'entreprise agile

Yves Buchsenschutz,

Les sous-marins australiens :

Les sous-marins australiens :

erreur de stratégie, erreur de méthode

Yves Buchsenschutz,
Pourquoi et comment réindustrialiser la France

Pourquoi et comment réindustrialiser la France

Claude Sicard,

Profil des dirigeants de PME en France

Profil des dirigeants de PME en France

Bernard Biedermann,
Et toujours le nanisme des entreprises françaises !

Et toujours le nanisme des entreprises françaises !

Bertrand Nouel,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies