Institut de Recherche pour la démographie des entreprises

www.irdeme.org > Etudes > Des données économiques ignorées des égalitaristes

Des données économiques ignorées des égalitaristes


lundi 21 novembre 2016, par Bernard Zimmern

Les égalitaristes, ceux qui s’offusquent des inégalités de revenu dans le temple du capitalisme, les Etats-Unis, ignorent quelques chiffres qui rendraient cependant leurs publications un peu plus crédibles.

I. Les deux tiers du total des revenus du 1%, le centile le plus riche, proviennent d’entrepreneurs actifs

Les « entrepreneurs actifs » sont des ménages américains qui possèdent des titres dans des entreprises non cotées et y jouent un rôle actif, y travaillent.

Le Survey of Consumer Finances de la Banque Fédérale permet de calculer pour chaque enquête le nombre d’entrepreneurs actifs que leurs revenus totaux classent dans le centile des revenus les plus élevés et leurs revenus ce qui permet de comparer ces revenus au total des revenus de ce centile publié par l’IRS, le Département des impôts américains.

II. Le 1%, le centile le plus riche, est celui qui crée tous les emplois de long terme américain (à l’origine des grandes entreprises).

Création d'emploi par entrepreneur

Nous avons reproduit l’emploi en fonction des centiles de revenu, cumulé à partir du centile de revenu le plus élevé et en séparant en vert clair les emplois créés par des entrepreneurs du 1% dont nous avons montré - ( voir : Qui sont les entrepreneurs ) - qu’ils recouvraient les emplois de long terme débouchant sur de grandes entreprises, en vert foncé les emplois créés par les 99% (les 99 centiles en dessous) et qui sont essentiellement des emplois de service de proximité, en bleu les emplois couverts par des entrepreneurs qui ont acheté leur entreprise, en rouge ceux qui en ont hérité.

Exemple : le point où les deux courbes vert foncé et bleu se croisent montre que les entrepreneurs avec un revenu les plaçant au-dessus du 90ème centile (l’abscisse de ce point) ont créé 10 millions d’emplois pour les créateurs du 99% et dirigent également 10 autres millions d’emplois pour ceux qui ont racheté une part dans une entreprise.

Pour ceux intéressés par les méthodes pour établir ces chiffres.

1. Les entrepreneurs, ceux qui possèdent une part dans une entreprise privée (non cotée) sont ceux qui répondent Yes à la question X3103, les entrepreneurs qui sont actifs répondent Yes à la question X 3104 et la question X 3108 permet de distinguer l’origine de la participation en distinguant la création (réponse 2) de celle par achat (réponse 3), par héritage (réponse 1) ou autre (4, 5) –que nous avons laissée hors du graphique car faible-. A chaque enquêté correspond une ligne avec son revenu, sa part dans l’entreprise, le nombre de salariés, le profit de l’entreprise, l’investissement fait, la valeur de revente estimée, etc. et une pondération pour permettre d’étendre la réponse à l’ensemble des USA.

2. Un premier écueil est que dans l’enquête SCF, il arrive que 2 ou plus d’entrepreneurs qui sont actifs dans la même entreprise répondent pour la même entreprise. En nous servant du pourcentage de détention dans leur entreprise déclarée par les enquêtés, nous avons pu corriger et montrer par exemple que le nombre moyen d’entrepreneurs enquêtés est d’environ 2,2 par entreprise. Ce ratio est assez stable dans le temps pour les diverses enquêtes SCF depuis 1989. Nous sommes à la disposition de ceux qui voudraient en avoir le détail.

3. Comment définir le seuil à partir duquel on appartient au centile le plus élevé ?
Il y a 2 solutions : la première est de partir des statistiques publiées par l’IRS, le département des impôts américains et qui publie pour chaque année le nombre de déclarations reçues -dont on déduit le nombre correspondant à un centile- et le revenu total du centile le plus élevé (et d’autres comme le revenu total des 10% les plus élevé, du 0,1%, etc.).
Le chiffre pour l’année 2012 couverte par le SCF 2013 est de 434.000 $.
L’autre solution est de partir de l’enquête du SCF et de s’en servir à partir des poids qui définissent la totalité de la population que les résultats de l’enquête prétendent couvrir le seuil du 1%. Il est de 680.000 $ mais le total des revenus découlant du SCF est aussi plus élevé que celui donné par l’IRS (probablement en raison de la dispersion introduite par la distribution de Pareto des revenus – voir prochain article-)
Les ratios donnés par les deux méthodes sont assez voisins :
64,2% à partir du seuil IRS, 66,4% à partir du seuil calculé à partir du SCF pour 2013.

4. Deux valeurs peuvent caractériser l’importance du 1% : le nombre d’entrepreneurs qui appartiennent au 1% par rapport au total des ménages qui sont dans le 1% ; ou le revenu total de ces entrepreneurs du 1% par rapport au total du revenu des ménages du 1%.
Voici les valeurs trouvées sur plusieurs enquêtes SCF :



 
Plan du site |