La Démographie des Entreprises portée par des chefs d’entreprise

IRDEME EPLF


Comment la société française s’est fragmentée

Le gouvernement français entreprend de lutter contre l’islam radical, et notre Président, dans son discours des Mureaux, le 2 octobre dernier, a indiqué quelles sont les principales mesures que contiendra le projet de loi qu’il va présenter à l’Assemblée nationale, en février prochain. Mais ce projet de loi, après bien des hésitations, ne fera aucune allusion à l’islam : on avait pensé l’intituler « projet de loi contre le séparatisme islamique », puis on a opté pour « projet de loi contre les séparatismes » le mot séparatisme étant artificiellement mis au pluriel, pour en arriver finalement, à un intitulé plus soft qui sera : « projet de loi confortant les principes républicains ». On redoute de se faire accuser tant par le Conseil de l’Europe que par les pays musulmans, de viser l’islam : dans son vocabulaire, notre président en est lui-même, d’ailleurs, à plusieurs reculades : il est passé de la lutte contre « l’hydre islamique » à celle contre « l’islam politique » pour en venir, à présent, au combat à mener pour défendre notre République, sans que l’on sache, d’ailleurs, qui l’attaque.

Article paru dans la Revue politique et parlementaire, le 8 Janvier 2021

Rejoignez Entrepreneurs pour la France :
Recevez notre lettre
Yves Buchsenschutz Soutenez l'IRDEME
et la Recherche

Il faut bien voir comment se pose le problème. La société française s’est fragmentée : elle comporte à présent, en son sein, un nombre croissant de personnes qui nourrissent de forts ressentiments à l’égard de la communauté nationale. Depuis la fin de la période coloniale, en effet, avec l’arrivée de très nombreux migrants en provenance de nos anciennes colonies, la société française est devenue hétérogène, au plan ethnoculturel. Jérôme Fourquet nous dit, dans « L’archipel français » paru en2019 : « Depuis 50 ans les principaux ciments qui assuraient la cohésion de la société française se sont désintégrés ». Il explique que le soubassement philosophique constitué par le christianisme s’est effondré et que le pays est désormais, un « archipel constitué de groupes ayant leur propre mode de vie, leurs propres mœurs, et leur propre vision du monde ». Le phénomène de fragmentation de la société s’est doublé, progressivement, d’un accroissement de la violence, et ainsi le criminologue Alain Bauer, titulaire de la chaire de criminologie au Conservatoire des Arts et Métiers à Paris, nous dit, dans un article sur Figaro vox du 17 juillet 2014 : « Un retournement se fait jour depuis le milieu des années 90 pour les violences physiques, et on constate une progression quasi exponentielle de ces dernières, toutes statistiques confondues ».

Lire la suite sur la Revue politique et parlementaire

Continuer la lecture :

Éric Zemmour, calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose …

Éric Zemmour, calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose …

Yves Buchsenschutz,
Présidentielle : Candidats portés par leur thème

Présidentielle : Candidats portés par leur thème

versus candidats cherchant un thème pour les porter

Claude Sicard,

Le problème de l’identité dans la course à l’ Elysée

Le problème de l’identité dans la course à l’ Elysée

Claude Sicard,
Abandonner le nucléaire ou comment augmenter le prix de l’électricité et le CO2

Abandonner le nucléaire ou comment augmenter le prix de l’électricité et le CO2

Bilan tarifaire

Yves Buchsenschutz,

Les sous-marins australiens, un camouflet qui demande des explications

Les sous-marins australiens, un camouflet qui demande des explications

Alain Mathieu,
Se déplacer à Paris, accessoirement en France

Se déplacer à Paris, accessoirement en France

Printemps 2031 : Dernière nouvelle !

Yves Buchsenschutz,


Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 css js

FERMER

Inscrivez-vous à notre lettre (gratuite)
et accédez à des contenus exclusifs :

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies