Institut de Recherche pour la démographie des entreprises

www.irdeme.org > Articles > Business angels et capital-risque en France

Business angels et capital-risque en France

Une note du CAS auprès du Premier ministre à laquelle nous avons collaboré


jeudi 22 mars 2012, par Bernard Zimmern

Le 15 septembre 2011

Bernard Zimmern, président de la Fondation iFRAP, a apporté son concours à la rédaction d’une note du Centre d’Analyse stratégique (institution d’expertise et d’aide à la décision placée auprès du Premier ministre) sur "Business angels et capital-risque en France : les enjeux fiscaux" (Note d’analyse 237 - Septembre 2011).

" Les barrières administratives à la création d’entreprises ont été fortement allégées en France au cours des dernières années. Pour que cette politique porte tous ses fruits en matière d’innovation, la qualité du financement est décisive."

Télécharger la note : Business angels et capital-risque en France : les enjeux fiscaux. "Elle permet notamment d’orienter vers la création des compétences rares, souvent attirées aujourd’hui vers la grande entreprise ou la fonction publique. La chaîne du financement des “jeunes pousses” a notamment besoin des business angels – personnes extérieures à la sphère privée (famille, amis, etc.), dont la surface financière est suffisante pour engager des investissements à haut risque et haut rendement. (…)

Cette note aborde les enjeux fiscaux qui permettraient de drainer l’épargne des plus fortunés vers les problématiques d’accompagnement et de financement des entreprises en démarrage, soit de façon directe, soit via des fonds spécialisés. Le cadre d’incitation actuel est fragmenté par véhicule financier et relativement instable. Par ailleurs, l’agrément dont bénéficient les investisseurs est renégocié régulièrement, ce qui crée une incertitude sur la pérennité de ces dispositifs. Dans ce contexte, la définition de quelques principes éviterait la stratification des dispositifs qui nuit à leur efficacité. "



 
Plan du site |