Institut de Recherche pour la démographie des entreprises

www.irdeme.org > Les mythes économiques > CDC Entreprises sert-il à quelque chose en dehors de la « com » de l’État (...)

CDC Entreprises sert-il à quelque chose en dehors de la « com » de l’État ?


mercredi 4 avril 2012, par Bernard Zimmern, Emmanuel SALA

C’est une nécessité pour la bureaucratie qui a pris le pouvoir en France de faire croire qu’elle est indispensable à la croissance - ce qui lui permet de multiplier les positions bien rémunérées sans grand risque car ses résultats ne sont pas contrôlés sauf par des "amis". A côté d’Oséo Innovation, CDC Entreprises est l’une de ces agences de l’État à l’efficacité inconnue et dont la taille est dérisoire, sauf pour la "com" des étatistes.

CDC Entreprises sert-il à quelque chose en dehors de la « com » de l’État ?

CDC Entreprises est le bras armé de la Caisse des Dépôts pour « faciliter le développement en fonds propres des entreprises en croissance ».

C’est l’une des voies importantes d’intervention de l’État dans l’économie industrielle. Les mauvaises langues disent aussi que c’est l’une des agences de l’État où le personnel de Bercy, notre ministère des Finances, cherche à finir sa carrière car les traitements et les retraites y seraient plus verts qu’ailleurs.

A lire ou écouter les actions de CDC Entreprises, ce fonds serait partout, ayant des participations dans 190 fonds de capital-investissement dont 70 fonds régionaux, en investissant en direct à travers le Fonds Stratégique d’Investissement, en ayant en charge le Fonds National d’Amorçage (financement des démarrages), France Investissement dont le Premier ministre, François Fillon, a annoncé la prolongation avec 6 milliards de crédits, etc.

Au total, en dehors de l’effet d’annonce et de l’utilité de CDC Entreprises pour la « communication » de la haute fonction publique qui règne à Bercy et, dans une certaine mesure à l’Elysée, on peut grandement douter de l’efficacité de cet organisme et de l’argent du contribuable qui y est investi.

1. CDC Entreprises n’a jamais été capable de fournir un bilan donnant le rendement des fonds investis ni même des emplois créés ; le seul chiffre publié est celui du nombre d’entreprises où l’organisme serait intervenu comme si le fait d’être dans beaucoup d’endroits suffisait à garantir la performance.

2. On peut douter de l’efficacité des actions de CDC Entreprises lorsque l’on examine dans quelles conditions doit opérer par exemple le Fonds National d’Amorçage : « entreprises innovantes » entendues comme fabricant des produits alors que les innovations à encourager sont celles de marketing, taux de participation du FNA conduisant à des montants ridicules incapables de couvrir les frais supplémentaires engendrés par les conditions d’attribution, etc. Il serait sage qu’un auditeur indépendant aille voir où ces fonds ont finalement été attribués, les fonds de Business Angels importants ayant à notre connaissance décliné.

3. De toutes les manières, les fonds mis en œuvre sont ridicules. Après examen de l’annuaire 2010-2011 « participation de CDC Entreprises », l’intervention de la CDCE dans la création et le développement des entreprises s’avère dérisoire. On constate en effet que le montant cumulé des participations de la CDCE jusqu’en 2009 est de 2,7 milliards d’euros, alors que l’ensemble des fonds appartenant à l’AFIC, qui regroupe la plus grande partie des investisseurs en capital hors bourse, a investi dans les dix dernières années plus de 68 milliards d’euros, dont 9,7 milliards en capital risque et 29,8 milliards en capital développement.

4. Les interventions de CDC Entreprises paraissent dictées par le besoin d’être partout pour les nécessités de la communication, donc nulle part ; en examinant les participations, il n’existe par exemple aucun lien avec la taille du fonds où CDCE a investi.

Les participations de CDCE n’ont semble-t-il aucun lien avec la taille du fonds où elle investit, qu’il soit petit ou grand et paraissent ne participer d’aucun plan mais être distribuées au hasard, la seule préoccupation étant vraisemblablement d’être partout pour n’avoir que des alliés et que personne ne dénonce l’inutilité de l’organisme.



 
Plan du site |