Institut de Recherche pour la démographie des entreprises

www.irdeme.org > Le manque de financement > Pertes en capitaux propres des entreprises françaises

Pertes en capitaux propres des entreprises françaises


mardi 22 octobre 2013, par Irina Kalmykova

Chaque année les entreprises françaises perdent une partie importante de leurs capitaux. Ce sont des entreprises qui déposent leurs bilans, mais aussi celles qui subissent des pertes d’actif, propres à une vie d’entreprise, sans pour autant disparaître. Les pertes d’actif sont en effet les plus considérables et concernent le plus grand nombre d’entreprises, en revanche, elles sont plus difficiles à estimer faute de séries longitudinales qui permettraient de tracer dans le temps l’évolution de l’ensemble des entreprises.

Les pertes enregistrées par une entreprise affectent beaucoup de personnes physiques puisque un grand nombre de sociétés, le plus souvent non cotées, sont détenues par un propriétaire qui y a investi la plus grande partie de son patrimoine.

Nous avons réalisé une étude des pertes annuelles enregistrées par les entreprises françaises. Il existe peu de travaux similaires visant à considérer en parallèle des pertes naturelles et des pertes par disparition. À notre connaissance, aucun de ces travaux ne porte sur les entreprises françaises.

L’échantillon d’entreprises que nous avons utilisé pour cette étude, est représentatif de la population de toutes les entreprises françaises, mais contient uniquement celles avec des capitaux propres renseignés pendant deux années consécutives.

Nous avons une base de 1.095.495 entreprises sur un total de 1.149.390 entreprises françaises avec salariés. Ce sont toutes les entreprises existantes en 2003 et 2004.

La matrice de transfert ci-dessous représente les variations de capitaux propres de ces entreprises entre 2003 et 2004.


Source : dépouillements pH Group

Les entreprises sont répertoriées par tranches de capitaux propres en 2003 et ensuite présentées en fonction des changements des capitaux propres entre 2003 et 2004. Les montants sont exprimés en euros.

Ainsi, parmi 106.061 entreprises avec des capitaux propres compris entre 50.000 et 100.000 euros en 2003, 13.230 entreprises ont vu leurs capitaux propres baisser jusqu’à moins de 50.000 euros en 2004. En revanche, il y avait 22.957 entreprises qui ont vu leurs capitaux propres monter vers les tranches supérieures (dont 21.508 entreprises avec 100.000-200.000 euros, 1.263 entreprises avec 200.000-500.000 euros, 128 entreprises avec 500.000-1 million d’euros, 32 entreprises avec 1-2 millions d’euros, etc.). Seulement 60.842 entreprises sont restées dans la même tranche de capitaux propres.

Même si la plupart des entreprises ne changent pas de tranche de capitaux propres au bout d’une année, les mouvements ascendants et descendants des capitaux sont très fréquents.

Nous pouvons donc estimer les pertes en capitaux propres à partir de cette matrice de transfert.

Entre 2003 et 2004, 55.854 entreprises françaises ont vu leurs capitaux propres baisser contre 91.053 entreprises qui ont augmenté leurs capitaux propres sur un total de 755.830 entreprises actives pendant ces deux années.

Au total les pertes en capitaux propres des entreprises françaises sont de 46,6 milliards d’euros, soit de 6,4% du total sur une année.

La fraction due aux disparitions d’entreprises représente 13,5 milliards d’euros. La plus grande partie des pertes est donc représentée par les pertes d’actif, qui sont de 33,1 milliards d’euros.



 
Plan du site |